Evolution du statut autoentrepreneur en 2018

Créez votre entreprise dès aujourd'hui avec un juriste Dougs

Découvrir l'offre →

L’évolution du statut auto entrepreneur 2018 commence dès Janvier avec de nouvelles réformes. On pourrait avoir le sentiment que le législateur s’est contenté de doubler les seuils, mais ce n’est pas le cas. Démonstration de la situation du micro-entrepreneur en 2018 en 3 étapes.

  1. Ce qui change au niveau du seuil d’imposition du bénéfice,
  2. Ce qui ne change pas au niveau de la TVA,
  3. Les évolutions de l’après RSI.

Les seuils d’imposition au bénéfice, doublés en 2018

Pour rappel, ces seuils d’imposition sont ceux liés à votre impôt sur le revenu et les cotisations sociales. Il ne s’agit donc pas de TVA.

A quelle milieu votre entreprise appartient elle ?

Le seuil d’imposition de votre statut auto entrepreneur 2018 dépend de votre activité et évolue !

  • 170 000 € s’il s’agit de vente de marchandises, d’objets, de fournitures, de denrées à emporter ou à consommer sur place,
  • 170 000 € pour les prestations d’hébergement (sauf exception ligne en dessous),
  • 70 000 € pour les locations de locaux d’habitation meublés,
  • 70 000 € pour les prestations de services relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC),
  • et 70 000 € pour les prestations de services relevant des bénéfices non commerciaux (BNC).

Par exemple, si votre profession appartient au domaine des services, votre chiffre d’affaire ne sera soumis à la TVA seulement si il dépasse le seuil des 33 200 €, passé à 35 200 € désormais en 2018.

Si vous êtes devenu autoentrepreneur au cours de l’année civile, vous devez alors ajuster votre plafond de chiffre d’affaires au prorata du temps d’exercice de votre activité. Si vous avez commencé votre activité au 30 Juin 2018 et qu’au 31 Décembre 2018, après 6 mois, votre chiffre d’affaires de prestataire de services dépasse les 35 000 € (70 000 € divisés par deux), alors vous ne pourrez plus bénéficier du régime d’autoentrepreneur.

Quelles conséquences lors du dépassement des seuils du statut auto entrepreneur 2018 ?

Si vous dépassez ce seuil la première année ou bien si vous dépassez le seuil de tolérance (mis en place si vous dépassez le premier seuil sans excéder le dispositif), vous ne serez alors plus considéré comme autoentrepreneur et devrez alors abandonner ce statut.

L'évolution du statut autoentrepreneur commence dès Janvier 2018 avec de nouvelles réformes.On pourrait avoir le sentiment que le législateur s'est contenté de doubler les seuils. Ce n'est pas vrai. Démonstration de la situation de l'entrepreneur en 2018.

Les seuils d’imposition à la TVA n’ont pas été changés pour le statut auto entrepreneur 2018- ou presque .

Pour rappel,  la TVA commence à s’appliquer au premier jour du mois dépassant les seuils.

  • 91 000 € pour les activités de commerce et de fourniture de logement,
  • 35 200 €pour les activités BIC et BNC.

La conséquence sur votre prix de vente en cas de passage à la TVA

Ainsi, si vous dépassez le seuil, vous devez soumettre votre chiffre d’affaires à la TVA. Autrement dit, ce que vous vendiez 100 euros va passer à 120 euros en rajoutant la TVA. Votre client est lui même soumis à la TVA ? Pas de problème, il récupérera la TVA. Par contre, si vous vendez à un particulier ou une entreprise elle même non soumise à la TVA, votre prix deviendra plus cher du montant à la TVA. Ou il vous faudra diminuer votre prix d’autant.

Fin du RSI, vive l’URSSAF

Le RSI a disparu et les TNS (Travailleurs non salariés) dépendent désormais de l’URSSAF. Il est prévu à l’horizon 2020 que le régime général – l’Assurance Maladie, l’Assurance retraite et l’Urssaf – absorbe l’URSSAF des indépendants. Donc, en attendant, les agences de Sécurité sociale pour les indépendants (anciennement RSI) gèrent pour le compte du régime général, la protection sociale des travailleurs indépendants. On compte donc parmi les adhérents :

S’agissant des professionnels libéraux réglementés, les interlocuteurs sont désormais :

  • l’Urssaf pour vos cotisations,
  • la Cipav pour votre retraite (ou celle choisie par votre profession libérale),
  • un organisme conventionné pour votre assurance maladie/maternité.

En d’autres termes, cela ne devrait pas avoir un impact important dans votre cas.

Une mine d’informations à portée d’un clic

Et si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à aller voir le site de la sécurité sociale des indépendants.

À propos de l'auteur : est expert-comptable et cofondateur chez Dougs, l'expert-comptable en ligne qui vous simplifie la vie. Découvrez comment Dougs rend votre compta automatique et sans paperasse.
Dougs est l'expert comptable des consultants, artisans, e-commerce et freelances

Réduisez votre facture comptable dès aujourd'hui !

Essayez Dougs dès maintenant ou demandez une présentation, un expert comptable vous appelle dans les 30 secondes. C'est gratuit, rapide et sans engagement.