Identifier les sources de financement Entreprise pour créer votre entreprise

Votre compta bilan inclus pour 69€HT par mois

Découvrir l'offre →

“L’argent est le nerf de la guerre”. Cette maxime, vous l’avez déjà entendue. C’est un point crucial au moment où l’on démarre mais également dans les 2 ou 3 premières années de la création. Trouver les bonnes sources de financement adaptées aux besoins de votre entreprise est l’une des clés de votre réussite. Pour débuter, vous disposez de plusieurs solutions financières de la plus classique (épargne personnelle) à la plus moderne (financement participatif).

Les différentes sources de financement

L’épargne personnelle

C’est bien évidemment le premier point financier qui nous vient à l’esprit. Vous disposez peut être déjà de différents plans d’épargne divers :

  • type PEL (Plan d’épargne logement),
  • PEA (Plan d’épargne en action),
  • LDD (Livret de développement durable),
  • Livret A, PEE (Plan d’épargne entreprise)
  • ou encore assurance-vie.

Faites un inventaire si cela n’a pas déjà été fait plus haut lors de votre situation patrimoniale de toutes ces ressources de financements directement mobilisables. Beaucoup de dispositions fiscales existent pour favoriser les créations d’entreprises. Elles libèrent des impositions parfois pénalisantes liées à des durées de détention sur certains contrats.

L’épargne des proches (love money)

Peut-être n’y aviez vous pas pensé ou simplement vous vous demandez bien quel intérêt aurait votre entourage à vous prêter de l’argent pour vous lancer ? Ici aussi la loi a mis en place des dispositifs fiscaux intéressants. Notamment pour les personnes qui viennent en aide aux créateurs d’entreprises. Nous noterons par exemple la réduction d’impôt sur le revenu de l’ordre de 18% du montant du capital investi.

Connu sous le nom de “love money” elle consiste à mobiliser les 3 F : Friends, Family, Fools (amis, famille et passionnés). La love money est souvent utile pour financer les premières dépenses de l’entreprise : stock, recherche, mobilier. Il s’agit là d’un dispositif intéressant dans le sens où vous pourrez vous constituer un capital que les banques n’auraient pas forcément permis et bien souvent à un coût moindre. En outre, cela rassure les établissements bancaires. Si vos proches pensent que ce projet est viable peut-être est-il alors intéressant de s’y attarder ? une bonne source de financement à ne pas négliger et …oser demander !

De surcroît, vos proches peuvent bénéficier d’un coup de pouce fiscal au niveau de la réduction de l’impôt sur le revenu.

Faites attention aux dates de versement si vos proches souhaitent en bénéficier

Enfin, il est toutefois vivement conseillé de prendre quelques précautions et de mettre en garde ces “3F” qu’ils ne sont pas à l’abri d’une perte du capital investi.

Les aides publiques

Rappelez-vous, nous avions déjà évoqué quelques dispositifs lorsqu’il s’agissait de faire le point sur votre situation financière. Vous êtes au chômage, peut être pourrez vous bénéficier d’un versement en capital via l’ARCE (aide à la reprise ou création d’entreprise). Votre conseiller pôle emploi va surement vous parler de cette source de financement.

L’état a également mis en place un autre dispositif : la NACRE (Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise). Cette aide permet à certains bénéficiaires de créer ou reprendre une entreprise en étant accompagnés pendant 3 ans. Vous bénéficiez également  d’une emprunt à taux 0 de 1000 à 8000 euros sur 5 ans.

D’une manière plus générale, vous pourrez trouver en appliquant les filtres appropriés toutes les aides publiques disponibles selon votre projet grâce à Aides Entreprises.

Saviez vous qu’il existe également des aides au financement européenne ?

Financement européen : Laissez vous guider

Le site web touteleurope.eu vient de publier un guide afin d’assister les porteurs de projet dans leur financement. Ce guide, intitulé, «  Financements européens : mode d’emploi « , procure de nombreuses données ainsi que des conseils. Il se compose notamment de divers liens afin d’aider les bénéficiaires à mieux s’orienter.

Ce guide se présente en trois chapitres :

Tout d’abord, une présentation de la manière dont les financements européens fonctionnent et comment il est possible d’en bénéficier. Sont abordés les modes de financements, les bénéficiaires et la question de l’éligibilité, les cycles de programmation, les ressources…

Ensuite, vient un panorama complet des instruments financiers, présentant les éléments essentiels à connaître et les ressources pour y postuler.

Et enfin, les contenus de touteleurope sur les politiques de l’Union européenne sont enrichis de renvois aux pages sur les instruments financiers.

Et poursuivez vos recherches de financement européen

A travers différentes aides, l’Union Européenne est prête à aider diverses entreprises. Si vous recherchez sur ce site web intitulé l’Europe est à vous, alors vous pourrez surement trouver, à travers leur moteur de recherche dédié, divers prêts ou autres prises de participation dont vous pourriez profiter.

Ces financements sont proposés par des banques ou des investisseurs locaux souhaitant s’engager grâce à l’appui de l’UE. Ils se destinent à toutes les entreprises, qu’importe leurs tailles ou le secteur d’activité.

Une base de données consacrée aux aides

Si vous souhaitez plus d’informations sur les aides publiques et financières ou sur le financement européen, vous pouvez également consulter ce site web. Si vous ne trouvez toujours pas le crédit ou l’aide vous correspondant, jetez un coup d’oeil à ces articles consacrés aux crédits d’impôts rechercheinnovation, ou encore aux aides à l’embauche !

Et, parlant d’Europe, qu’en est il du divorce Brexit ?

La souscription au capital

Toutes les personnes physiques domiciliées en France, qui souscrivent au capital d’une PME en cours de création ou dans ses premières années, peuvent bénéficier selon certaines conditions de réduction d’impôt.

  • Sur le revenu : 18% des montants investis avec un plafond de versement de 50 000 euros pour une personne seule et 100 000 euros pour un couple marié ou pacsé
  • D’ impôt sur la fortune : 50% des montants investis, plafonnement de l’avantage à 45 000 euros.

Il est nécessaire que votre entreprise non cotée emploie au moins deux salariés à la clôture du premier exercice suivant celui de la souscription, qu’elle soit assujettie à l’impôt sur les sociétés, qu’elle ait son siège social dans l’UE et qu’elle ait moins de 7 ans d’existence.

En outre, ne vous inquiétez pas, vous pouvez faire entrer des personnes au capital tout en maintenant une emprise sur la gestion de votre entreprise. Dans l’idéal, il faut attribuer à ces investisseurs des actions sans droit de vote. En contrepartie, des concessions seront à faire comme par exemple leur accorder un dividende prioritaire.

Le Prêt d’honneur / Prêt solidaire

Décrochez un prêt d’honneur : Plusieurs réseaux sont très actifs en prêts d’honneur, France Active finance les petites entreprises et l’économie sociale et solidaire. L’ADIE propose des micro crédits aux exclus du système bancaire habituel. Il existe aussi le FGIF, fonds de garantie financière en faveur des femmes. Autre association, le réseau Entreprendre veut “créer des employeurs pour créer des emplois”, et ils accordent des prêts d’honneur de 15000 et 50000€ à des entreprises susceptibles de créer une quinzaine d’emplois et de réaliser un chiffre d’affaire de 1 millions d’euros dans les trois ans. : le label de lauréat d’un prêt d’honneur est un formidable laissez passer pour obtenir des prêts bancaires.

Le crédit-bail

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une ressource financière mais d’un moyen de financement qui pourrait vous éviter d’avoir justement à trouver une ressource supplémentaire. Il est beaucoup plus facile à obtenir que l’emprunt bancaire “classique”, cela permet d’éviter de recourir à un apport personnel et de financer à 100% l’acquisition d’un bien mobilier ou immobilier. Vous serez locataire du bien avec possibilité en fin de contrat de lever l’option d’achat. Les banques seront moins frileuses à vous l’accorder pour le motif qu’elle en reste propriétaire jusqu’au financement intégral. Il est malgré tout souvent un peu plus cher que l’emprunt avec en outre un dépôt de garantie très souvent exigé.

Les banques

Peut-être qu’à ce stade, vous avez déjà un peu plus de visibilité sur les moyens de financements que vous pouvez mobiliser hors de l’emprunt bancaire “traditionnel” ? Malheureusement cela n’est pas encore suffisant ? Alors cette fois, pourquoi ne pas demander l’aide d’une banque ? C’est aussi une autre source de financement pour démarrer votre entreprise.

Commencez toujours par votre propre banque surtout si vous êtes un bon client depuis longtemps. Ne vous engagez pas tout de suite, faîtes jouer la concurrence. L’emprunt bancaire est un financement souvent difficile à obtenir et les étapes précédentes que nous avons présentées devraient vous permettre de présenter un dossier avec des fonds propres plus ou moins importants mais qui seront de nature à “rassurer” les établissements bancaires. N’oubliez pas de demander un différé de remboursement.

Enfin, vous aurez généralement des garanties à apporter telles que des hypothèques ou des cautions. Fixez-vous à l’avance les limites que vous ne souhaitez pas dépasser.

Source de financement entreprise

Les autres types de financements

Vous vous en doutiez, maintenant que nous avons passé en revu les options les plus courantes de financement d’un début d’entreprise, celles auxquelles vous pensiez peut être déjà avant même que l’on vous les présente, il va désormais être utile de s’intéresser aux sources de financements d’entreprise plus contemporains ou moins traditionnels.

Le crowdfunding

Vous ne savez pas de quoi il s’agit ? Petit tour d’horizon sur ce sujet. Il s’agit en fait d’un mode de financement participatif, très souvent une association d’un grand nombre de personnes investissant toutes un petit montant pour permettre aux porteurs de projets de trouver les fonds nécessaires. Cela permet de court-circuiter les établissement bancaires.

On distingue 4 types de crowdfunding

  • Le Don : il s’agit sans doute dans le temps du premier crowdfunding connu. Il ouvre souvent droit à un reçu fiscal lorsqu’il est versé à une association. On retrouve par exemple quelques plateformes comme HelloAsso ou Arizuka.
  • Le financement avec contreparties non financières : Des avantages en nature sont offerts aux internautes en fonction du montant des versements. On retrouvera par exemple Kickstarter, MyMajorCompany, KissKissBankBank, Ulule, Sowefund
  • Le financement avec prise de participation : l’internaute devient investisseur. Il acquiert une participation. Il a droit à des contreparties financières en cas de réussite du projet et peut perdre sa mise en cas de difficulté. On retrouvera les plateformes Lumo, WiSeed
  • Le prêt : L’internaute prête directement de l’argent à un entrepreneur avec intérêt. En cas de difficulté, on peut perdre sa mise. Quelques exemples de plateforme : BabyLoan, Prêt d’union, Lendosphere, BlueBees.
  • Le financement en Royalties : ce nouveau modèle, créé par WeDoGood, permet aux entreprises de se financer en fonds propres sans pour autant devoir céder des parts de capital aux investisseurs. Autrement dit, les entrepreneurs versent chaque trimestre un pourcentage de leur chiffre d’affaire aux contributeurs durant la durée du contrat de royalties. D’autres exemples de plateformes : Freelendease, Vendee-up.

Les business Angel pour un financement entreprise

Il s’agit d’amoureux de l’aventure entrepreneuriale qui sont prêts à investir leur argent personnel dans votre projet. Les différences essentielles avec le crowdfunding résident dans la manière de présenter le projet. En effet vous avez à faire à une ou plusieurs personnes et non à une plateforme en ligne en regroupant des milliers. Il y aura une possibilité de négociation avec vos interlocuteurs, ils vous apporteront éventuellement leurs expériences et leurs conseils. Ce sont généralement des cadres supérieurs, des chefs d’entreprises, d’anciens créateurs ou un regroupement d’investisseurs au sein d’une même famille.

Comment les trouver ? Commencez par visiter les sites suivants :

France Angels : cette fédération compte 82 réseaux et plus de 4300 business angels.

Investessor : le réseau le plus ancien avec 250 business angels.

Les sociétés de capital-risque

Pour les jeunes sociétés prévoyant une forte croissance ou qui interviennent dans un domaine très innovant, une ouverture du capital lui permettra de financer des frais de recherche et développement, sa masse salariale ou encore son besoin en fond de roulement. Toutes les entreprises ne seront pas éligibles, les sociétés de capital-risque attendent de réaliser des plus-values conséquentes dans les 3 ans, elles s’intéressent donc aux entreprises dont le potentiel de croissance est très élevé, où le produit / service présente un réel plus et une forte marge de développement.

Xange : filière de la banque postale, elle accompagne les startups et PME à fort potentiel.

Orkos : Fond qui investit dans les nouvelles technologies aussi bien pour des TPE que pour des grands groupes.

Garanties de prêts par la BPI

Osez les aides de la BPI (banque publique d’investissement) : elle en propose plusieurs, dont la garantie de prêt. Elle intervient comme garantie sur une partie de votre prêt. Pour en bénéficier, votre entreprise doit être une TPE ou une PME de moins de 3 ans ou en cours de création, elle couvre jusqu’à 200 000 euros et au maximum 70% du financement visé par ce prêt.

Les collectivités locales

Les régions, départements et collectivités locales disposent d’aide à la création d’entreprise. Renseignez vous auprès de la chambre de commerce et d’industrie, de la chambre des métiers ou d’une boutique de gestion, selon la nature de votre projet. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence entre les collectivités locales si le lieu d’implantation de votre entreprise n’est pas déterminant pour l’exercice de votre activité.

Ces dispositifs visent à assurer une meilleure répartition géographique des entreprises. Elles aident à la réinsertion des demandeurs d’emplois. Les aides pourront prendre différentes formes : allègements fiscaux, exonérations, mise à disposition de locaux, aides financières. Attention ces aides ne concernent pas forcément votre projet, il faudra vous renseigner sur les conditions d’attribution.

Les concours : une autre source de financement encore non négligeable

Courez visiter les prix et les concours : des centaines de concours à la création d’entreprises existent avec, à la clé, des dotations financières, matérielles, ou bien des conseils. Cela vous permettra de rencontrer des partenaires commerciaux, financiers, avantages précieux lorsque l’on débute une nouvelle activité.

Start in Paris : Evénement mensuel qui permet à 5 startups de présenter leur projet en 5 min.

BFM Académie : Concours de créateurs d’entreprise radio et TV.

À propos de l'auteur : Patrick Maurice est expert-comptable et cofondateur chez Dougs, l'expert-comptable en ligne qui vous simplifie la vie. Découvrez comment Dougs rend votre compta automatique et sans paperasse.
Dougs est l'expert comptable des consultants, artisans, e-commerce et freelances

Réduisez votre facture comptable dès aujourd'hui !

Essayez Dougs dès maintenant ou demandez une présentation, un expert comptable vous appelle dans les 30 secondes. C'est gratuit, rapide et sans engagement.