Augmentez votre rémunération, créez une SASU ou une SCI… Webinars et conseils gratuits, animés par nos experts chaque jour !Inscriptions ici →
Augmentez votre rémunération, créez une SASU… Webinars gratuits !Inscriptions →
Telephone04 28 29 62 62Telephone
Telephone
Menu

Dropshipping : comment se lancer et quels pièges à éviter !

Tu souhaites te lancer dans une activité e-commerce dropshipping ? C'est une très bonne nouvelle. Cependant, avec de créer ton entreprise, tu dois savoir plusieurs choses afin d'éviter les erreurs les plus basiques. Dans cette vidéo, on vous explique comment réussir votre dropshipping, en abordant aussi bien son fonctionnement, sa TVA ou encore la fiscalité du dropshipping. Focus !

Retranscription de la vidéo "Dropshipping : comment se lancer et quels pièges à éviter !"

Dropshipping. Un guide pour réussir votre aventure en e-commerce ! Tu souhaites te lancer dans l’e-commerce, mais tu ne sais pas vraiment comment ? La gestion des stocks et de la trésorerie que le commerce implique t'inquiète ? Tu veux une solution simple pour démarrer ? Pas de panique, je m'appelle Patrick et dans cette vidéo, je vais tout t'expliquer sur le dropshipping, l'alternative au traditionnel commerce en ligne. Allez, c'est parti !

Qu’est-ce que le dropshipping ?

Avant de commencer, je te rappelle le principe même du dropshipping. C'est une relation commerciale entre 3 acteurs : 

  • Un acheteur, le client final consommateur, personne physique ;
  • Un vendeur que l'on nomme dropshipper ou commerçant ;
  • Un fournisseur souvent localisé à l'étranger.

Alors tu demandes comment dans les faits tout ça s'organise ? C'est très simple ! Si tu es un commerçant en Union européenne, généralement, tu possèdes ta propre boutique en ligne sur lequel tu gères les aspects marketing de ton activité et référencent certains produits.

Au préalable, tu auras évidemment sélectionné certains produits chez des fournisseurs, le plus souvent situés en Asie, comme Aliexpress par exemple. Ces fournisseurs fabriquent et expédient directement tes articles à tes clients finaux.

Le stock ne transite jamais par tes entrepôts. Pour faire simple, ton client réalise un achat sur ta boutique en ligne. Ensuite, soit ton fournisseur reçoit directement les commandes client, soit tu te charges de décentraliser et de lui faire basculer. Enfin, ton fournisseur réalisera la production et l'envoi du produit à tout client.

Créez votre entreprise en ligne en quelques clics et pour 150 € seulement. 👉 Commencer ma création dès maintenant

Les solutions en ligne à utiliser pour dropshipper

Tu l'auras compris, pour réaliser les ventes, tu peux soit créer ton propre site de vente en ligne, soit créer une page de vente sur une marketplace. L'une des marketplaces les plus utilisées, c'est Amazon, qui te permet de profiter d'une audience colossale. Elle ne manquera pas en retour d'imputer des frais à la hauteur de sa notoriété.

Si tu souhaites développer ta propre boutique en ligne sans passer par une marketplace, Shopify est l'un des CMS ou systèmes de gestion de contenu les plus performants du marché. De manière schématique, c'est une plateforme qui te permet de créer et d'administrer ta boutique en ligne. Une fois le shop mis en place, il faudra que tu réalises la mise en ligne et la promotion de tes articles et de ta boutique.

Il existe également d'autres solutions performantes pour créer et gérer ton site de vente en ligne comme PrestaShop ou encore Mon commerce. Attention quand même, de nombreux sites auront tendance à présenter le dropshipping comme un moyen de gagner de l'argent rapidement et sans dépenser 1 €.

Alors oui, le dropshipping peut te permettre de développer ta boîte et ton revenu. Mais pour autant, n'oublie pas l'étape “étude de marché” pour analyser le potentiel de revenus que peuvent générer des produits.

Il est préférable aussi de te tourner vers des produits à forte demande et sur lesquels la concurrence est limitée.

Créer son entreprise, quelle forme juridique pour le dropshipping ?

Une fois que tu as la certitude de te lancer, c'est le moment de donner une existence légale à ton activité en créant une entreprise individuelle, une micro-entreprise ou une société.

Tu te demandes comment faire ton choix entre ces 3 structures juridiques. Comme pour toute création, le plus important, c'est de choisir la structure qui correspond le plus à ta situation et à tes besoins. La micro-entreprise est rapide à créer et simple à gérer. Tu n'as que peu de contraintes comptables.

Se lancer en micro-entreprise peut être une solution intéressante pour tester son activité. Mais attention, les plafonds de chiffre d'affaires liés peuvent rapidement te contraindre à devoir changer de structure juridique.

Tu peux aussi opter pour l'entreprise individuelle, à peine plus coûteuse qu'une micro-entreprise pour la création. Dans ce cas, aucun plafond de chiffre d'affaires. Attention avec cette structure à bien anticiper les charges sociales et ton impôt sur le revenu.

Dernière option : l'exercice sous forme de société. La SARL, l’EURL et SAS/SASU sont les formes les plus répandues. C'est un peu plus complexe dans leur création et elles nécessitent un suivi administratif un peu plus important. Elles te permettent toutefois de mieux gérer les aspects sociaux et fiscaux.

Une fois ton entreprise créée, tu pourras créer ton site web ou tous comptes vendeur sur une plateforme et commencer à y référencer tes produits.

Le cadre légal du dropshipping et documents importants

Tu l'auras compris, impossible de te lancer à la légère ! Tout ça va nécessairement générer des frais, même limités, et soulever des questions administratives et légales. Pourquoi légal ? Tout simplement parce que le dropshipping est une pratique d’e-commerce, et comme sa version plus traditionnelle, elle est soumise à des règles spécifiques.

Tu as l'obligation de mettre des informations et documents spécifiques à disposition de tes clients de ton site marchand :

  • Conditions générales de vente ;
  • Mentions légales ;
  • Politique de confidentialité...

N'oublie pas que le simple fait de déléguer la logistique à ton fournisseur ne t’exonère pas de tes obligations vis à vis de ton client final. Tu es notamment tenu de respecter les délais de livraison annoncés sur ton site marchand, quand bien même tu n'aurais aucune prise sur cette opération. Sélectionne donc bien des fournisseurs pour éviter des problèmes par la suite.

La fiscalité en dropshipping

Sur un autre volet, je ne peux pas parler de dropshipping sans parler de fiscalité. Et je ne vais pas te mentir, la fiscalité du dropshipping peut rapidement devenir très compliquée.

La principale difficulté ? La gestion de ta TVA. Les règles ont évolué en 2021, donnant notamment naissance au concept de vente à distance de biens importés et à l’IOSS (import-one-stop-shop). C'est le guichet de l'administration sur lequel tu pourras déclarer et payer la TVA pour les transactions se traduisant par un mouvement de marchandises entre un pays tiers à l'Union européenne et un pays de l'Union européenne.

Pour résumer sur les questions de TVA, note que tu devras chaque mois déclarer des transactions via le guichet unique IOSS. Pour le taux de la taxe dans le cas de vente de moins de 150 € réalisée via ton propre, si tu es redevable de la TVA, tu devras appliquer celle du pays de destination via ton numéro IOSS. Si cette même vente est réalisée par l'intermédiaire d'une plateforme, c'est cette plateforme qui sera chargée de reverser la TVA facturée via son propre numéro IOSS.

Lorsque les opérations réalisées sont supérieures à 150 €, tu ne peux plus en principe avoir recours à l'IOSS. Il faut alors s'immatriculer à la TVA dans chaque pays destinataire et y déclarer la TVA. Le schéma classique de dédouanement est alors appliqué au client final. Le transitaire récupère la TVA payée directement des mains du client lors de la remise du colis. Pas forcément simple ni rapide.

En matière d'imposition du résultat, le dropshipping reste plutôt classique. Ton entreprise située en France paye son impôt en France sur les bénéfices qu'elle réalise. Les modalités d'imposition de ce bénéfice dépendent alors des options fiscales retenues lors de la régulation de ton entreprise : impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés. Je te donne les informations dans les grandes lignes, mais c'est en réalité un peu plus compliqué que ça !

C'est important de bien s’entourer pour ne pas faire d'erreur. Le commerce est peu pratiqué par les cabinets d'expertise comptable. Et oui, des règles spécifiques en matière de TVA, des solutions de paiement peu communes et des volumes parfois très importants de transactions ont pu en démotiver quelques-uns.

Chez Dougs, nous avons une expérience significative en matière d'e-commerce et de dropshipping. N'hésite pas à prendre contact avec notre équipe via le lien en commentaire pour que nous puissions t'accompagner à très vite chez.

Les guides pratiques de l’entrepreneur
Les voir tous  →
À lire aussi