Immobilisation et amortissement en entreprise : savoir pour mieux gérer votre résultat fiscal !

Dans cette vidéo d'un peu plus de 8mn, on vous explique tout sur le fonctionnement et le cadre des immobilisations, des amortissements et des charges de votre entreprise.

👉 Quelle est la différence entre immobilisation et charge ?

👉 Qu'est-ce qu'un amortissement ?

👉 C'est quoi un amortissement linéaire et un amortissement dégressif des immobilisations ?

Mettons tout cela au clair ! 🚀

Retranscription de la vidéo "Immobilisation et amortissement en entreprise : Savoir pour mieux gérer votre résultat fiscal !"

Bonjour à toutes et à tous, bienvenue dans cette nouvelle animation, une animation que l'on va dédier aux immobilisations et amortissements. Et vous allez voir, avant tout, c'est quelque chose d'économique, ce n’est pas uniquement la fiscalité et la comptabilité qui dictent la façon dont on peut enregistrer une immobilisation ou un amortissement.

Au sommaire, 4 points : immobilisations et charges, amortissement, impact sur le résultat et ventes d'immobilisations.

Pour ceux et celles qui ne me connaissent pas, je m'appelle Patrick, je suis le cofondateur de Dougs, je suis également expert-comptable.

Allez, on va y aller et on va parler tout de suite de la différence entre une charge et une immobilisation, parce que somme toute, c'est souvent la question que l'on se pose.

Est-ce que, quand je réalise une dépense, est-ce qu'il s'agit d'une charge, et vous verrez qu'il y a des impacts, ou est-ce qu'il s'agit d'une immobilisation ?

Alors j'ai voulu illustrer par ce premier petit point, on voit des crayons, ce ne sont pas des Mont-Blancs. On voit également des feuilles de papier, des crayons papier, un café, une souris. Et bien, ceux qui ne sont pas entourés, tous ces objets, toutes ces dépenses, sont des charges.

Pourquoi ? Parce que de façon très concrète, et bien, il va y avoir une dépense et ça va se consommer immédiatement. Un crayon dès que vous commencez à l'utiliser, top, terminé, il ne va pas durer pendant 10 ans.

Alors que ce que j'ai entouré de jaune, on voit un ordinateur, on voit un smartphone, et bien de façon très concrète ce sont des choses qui vont durer dans le temps. On n'achète pas un ordinateur pour qu'il soit consommé dans le mois, on l'achète pour qu'il dure trois ans, quatre ans, cinq ans, six ans, voire plus. Et le smartphone, c'est exactement la même chose.

Donc, le principe c'est qu’une charge, c'est une dépense immédiate qui se consomme sur-le-champ, alors qu'une immobilisation, c'est quelque chose qui assure une certaine durabilité, qui va se consommer sur plusieurs années.

Alors, il y a quand même une exception. C'est que lorsqu'on dépense au maximum 500 euros hors taxes pour toutes les entreprises qui récupèrent la TVA ou 500 euros TTC pour celles qui ne la récupèrent pas. Et bien il est admis que le bien, qui est une immobilisation normalement, peut être considéré comme une charge sur le plan fiscal.

Je prends un exemple, vous achetez un smartphone qui vaut 400 euros. Et bien ce smartphone qui va durer quand même plusieurs années. En théorie, comptablement, c'est bien une immobilisation, mais vous pouvez le mettre directement en charge.

Là, je vous ai parlé d'exception et on va parler de l'exception de l'exception.

C'est lorsque, notamment, vous venez de créer votre société. On suppose, par exemple, que vous avez commencé par acheter un bureau qui vaut 200 euros, une chaise qui vaut 200 euros, un lampadaire qui vaut 100 euros, quelques fournitures effectivement, comme une petite poubelle papier, un petit lampadaire ou des choses comme ça qui valent 150 ou 200 euros.

Et bien, en théorie, chacun des biens devrait être mis en charge puisque ça vaut moins de 500 euros.

Et c'est là où l'exception vient.

C'est que quand on crée un premier établissement, et bien le tout doit être immobilisé. Parce que le tout fait que, au cumul, ça dépasse 500 euros. Par contre, deux ans après, vous décidez de faire changer, par exemple, votre fauteuil qui vaut 200 euros. Et bien là, ce sera une charge parce qu'on sera plus dans le cas du premier établissement.

Alors je vous ai parlé de ça. On va regarder maintenant l'impact sur le résultat et l'impact est relativement simple à comprendre.

J'ai pris l'exemple d'un résultat comptable avant le 31 décembre 2022 et j'ai pris une première colonne avec le cas d'une charge pour voir quel était l'impact sur le compte de résultat et une deuxième qui était sur l'immobilisation pour voir aussi l'impact. De façon très concrète, on suppose par exemple qu'au 31/12/2022, vous aviez 5 000 euros. Et puis vous achetez une prestation de service, on va dire le 31 décembre, donc le dernier jour. Je ne sais pas, par exemple une prestation de service auprès d'un consultant externe pour déterminer si votre site web, par exemple, est assez sympa d'un point de vue SEO ou autre chose.

Et bien, dans ces cas-là, la facture que vous avez qui est consommable sur-le-champ, dans l'absolu, c'est une charge. Et du coup, votre résultat qui était 5 000, et bien va passer à 4000 euros puisque 5 000 moins 1 000, ça fait 4000 euros.

Maintenant, je suppose que j'ai exactement la même situation, mais cette fois-ci, j'achète une immobilisation, on va dire le 1er décembre.

Pourquoi, dans ces cas-là, ça va avoir peu d'impact ?

Parce que, premièrement, l'immobilisation par exemple je l'amortis sur cinq ans, ça peut être l'achat par exemple d'un ordinateur, ce serait plutôt sur trois années. Et il va falloir que je tienne compte à l'intérieur de l'année, du nombre de mois que j'ai consommés. En l'occurrence, comme il n'y a qu'un seul mois, l'impact sera que de 80 euros, si bien que mon nouveau résultat sera de 4 920. Vous voyez la différence entre 4 000 et 4 920 ?

En fait, c'est relativement gigantesque. On a l'impression que d'avoir acheté une immobilisation, ça n'a eu aucun impact sur le montant du résultat, ce qui n'est pas complètement faux.

Alors justement, tout ça, ça se passe par le truchement de dotations aux amortissements. Et pour illustrer le tout, j'ai pris par exemple l'achat d'un iMac, un ordinateur qui vaut relativement cher, et je décide de l'amortir sur 5 ans normalement c'est trois années. Mais là, dans mon exemple, pour des raisons pédagogiques, je l'ai saucissonné en 5 fois.

On suppose donc que je l'achète l'année 1 et je me trouve avec une décision.

Est-ce que je fais plutôt un amortissement linéaire ? Où est-ce que je fais plutôt un amortissement dégressif ?

Si je choisis l'amortissement linéaire et que le bien vaut 5 000 euros, la première année je vais l'amortir sur 1 000 euros, deuxième année 1 000 euros, troisième 1 000 euros, quatrième 1 000 et cinquième 1 000. Quand j'additionne les 5, j'aurais bien amorti pour 5 ans. C’est-à-dire que chaque année aura eu que 1 000 euros d'impact, pas plus.

Maintenant puisque c'est un ordinateur, donc c'est un matériel technologique, c'est la raison pour laquelle on peut l'amortir plus rapidement, je peux faire un amortissement dit dégressif.

Et dans ces cas-là, on donne un coefficient multiplicateur tout simplement sur la durée qui va accélérer, qui va booster. Alors, bien évidemment à la fin ça fera toujours 5 000, mais on va augmenter la dotation aux amortissements, si bien que la première année, au lieu de 1 000 euros, j’aurais 1 750, 1 138, 740, 686, 686 puisque nécessairement, il faut que je réduise à un moment donné.

J’ai voulu vous montrer la comparaison, justement, et l’impact que ça peut avoir. Et on s’aperçoit qu’en amortissement linéaire, et bien en cumul, c’est-à-dire quand je cumule au fur et à mesure, la deuxième année j’aurai 2 000 euros en linéaire. C’est-à-dire que j’aurai passé dans mon compte de résultat 2 000 euros de charges grâce aux dotations aux amortissements quand dans mon cumul dégressif, je serai à 2 888.

Ça veut dire qu’une société qui investit beaucoup, qui a envie que son résultat baisse, pour payer moins d’impôts sur les sociétés ou moins d’impôts sur le revenu dans l’absolu, va avoir tendance à choisir plutôt le cumul dégressif, c’est-à-dire la dotation dégressive qui va accélérer, très exactement, le montant des dotations aux amortissements et qui va vous permettre de payer moins d’impôts.

Vous remarquerez d'ailleurs que le cumul dégressif devient la même somme, juste la dernière année, par rapport au cumul linéaire.

Maintenant la question c'est qu'est-ce qui se passe si je souhaite une immobilisation ? C’est-à-dire que je vais prendre l'exemple d'un véhicule que j'ai acheté 30 000 euros que j'amortis, on imagine sur 5 ans, donc à raison de 6 000 euros par an. Et on suppose que c'est la fin de la quatrième année, j'ai déjà pratiqué 24 000 euros, si bien que la valeur comptable de mon bien, c'est la valeur d'achat moins l'amortissement pratiqué, je vais arriver à 6000 euros, pas plus de valeur comptable.

Donc j'ai mes 6 000 euros de valeur comptable et je vais vendre le bien 10 000 euros, c’est-à-dire que je ne suis pas obligé de le vendre au prix de la valeur comptable, je peux le vendre au prix ou j'ai envie. On suppose que j'ai trouvé un acheteur pour 10 000, que va-t-il se passer ? Et bien, c'est relativement simple, je vais avoir 10 000 euros de prix de vente. Je vais avoir 6 000 de valeur comptable et je vais me retrouver avec une plus-value égale à 4 000 euros. Ces 4000 euros vont rentrer dans le bénéfice comptable de la société.

Si je suis à impôt sur les sociétés, jusqu'à 38 120 euros de bénéfice je serai taxé à 15%, si je suis au-delà, je serai taxé à 25%. Voilà exactement ce que je voulais vous dire sur la partie des immobilisations.

N'hésitez pas, à très vite et à bientôt chez Dougs !

Besoin de plus de renseignements ? Découvrez comment notre équipe peut vous aider !

logo

Qui est Dougs ?

Dougs est un cabinet d'expertise-comptable en ligne, inscrit à l'Ordre des experts-comptables, qui facilite la vie de milliers d'entrepreneurs pour qu'ils réussissent.

Découvrir Dougs →
Logo dougs.media
Le Média des entrepreneurs qui gèrent !