Augmentez votre rémunération, créez une SASU ou une SCI… Webinars et conseils gratuits, animés par nos experts chaque jour !Inscriptions ici →
Augmentez votre rémunération, créez une SASU… Webinars gratuits !
Inscriptions →
Telephone04 28 29 62 62Telephone
Telephone
Menu

Retranscription de la vidéo : Comment gagner sa vie en e-commerce ? On t'explique !

Une faille dans la loi, exploitée par certains dropshippers pour éviter la TVA
E-commerce
13min
Quel statut juridique e-commerce choisir ?
E-commerceTVA
6min
E-commerce et TVA : ce qui change avec le nouveau régime des ventes à distance

Bienvenue dans le monde passionnant de l'E-commerce ! Si tu es un entrepreneur dans ce domaine, tu sais certainement combien il est important de bien gérer tes finances pour assurer la pérennité de ton entreprise.

Retranscription de la vidéo : Comment gagner sa vie en e-commerce ? On t'explique !

Tu es E-commerçant et tu souhaites savoir ce qu'il te reste lorsque tu réalises 25 000 € de chiffre d'affaires dans le mois. Ça tombe bien, tu es au bon endroit. Je m'appelle Emilie. Je suis expert-comptable chez Dougs et je vais tout t'expliquer. On ne s'intéresse ici qu'aux sociétés à l'IS. Ce que l'on souhaite déterminer, c'est ce qu'il te reste réellement à la fin du mois quand tu encaisse 25 000 € de chiffre d'affaires. On ne prend pas en considération la TVA car elle ne t'incombe pas réellement. On en reparle ensuite. On va partir du fait que tu ne bénéficie plus de l'ACRE parce que malheureusement, cela ne dure pas très longtemps. Partant d'un chiffre d'affaires mensuel moyen de 25 000 €. Sur un exercice de douze mois, cela représente 300 000 € de recettes. Sur certains mois, tu en aura plus, parfois moins, selon la nature de tes produits, il y a fort à parier que ton activité de E-commerce soit très saisonnière, avec un pic important en période de fêtes ou à certaines saisons, toujours en fonction de ce que tu proposes. On part d'un montant hors taxe puisque comme je te l'ai dit précédemment, la TVA ne s'applique pas à toi. Elle pèse en réalité sur le consommateur particulier en bout de chaîne car les entreprises ne sont finalement que des collecteurs. Tu la collectes mais tu la déduis aussi de ce que tu payes et tu reverses simplement la différence entre collecté et déductible à l'état. Bon, cela impacte ta trésorerie car il y a un petit décalage temporel entre ces deux opérations. Maintenant voyons quels sont tes frais. Attention, on te rappelle que tu ne peux déduire que les frais directement liés à ton activité et engagés dans l'intérêt de ton entreprise. Sinon, tu t'exposes à la colère de l'administration fiscale. On peut regrouper tes charges en deux grandes catégories : les charges fixes et les charges variables. Les premières ne varient pas directement en fonction de ton niveau d'activité. Il peut par contre y avoir un effet de palier en fonction de l'augmentation de ton volume. Typiquement, c'est le loyer de ton local. Que tu fasses 10 000 ou 100 000 € de c.a, ton loyer ne change pas, sauf à devoir déménager faute de pouvoir y caser toutes tes marchandises. Les secondes sont pleinement impactées par ton niveau d'activité. Lorsque ton chiffre d'affaires augmente, elles suivent le même chemin. Tu peux tout d'abord référencer toutes les charges fixes. On y retrouve par exemple les loyers, des frais de déplacement récurrents, les primes d'assurance, les frais bancaires, tes dépenses fixes de publicité, les honoraires de ton comptable, tes factures de téléphone et d'énergie. Très classique. En tant que commerçant, il ne faut pas omettre quelques services qui peuvent vite te coûter très cher les abonnements au CMS ou aux marketplaces, les trackers de prix, les frais liés à la maintenance de ton site web, les prises de vue de tes produits, les rédaction de fiches produits, les coûts d'inspection de ce que tu achètes et j'en passe. N'oublie pas non plus les diverses taxes et impôts. Tu es notamment redevable de la cotisation foncière des entreprises ou CFE. Dès que ton entreprise existe, au 1ᵉʳ janvier de l'année considérée, tu dois payer de la CFE au mois de décembre de la même année. Le montant est très variable et dépend de nombreux paramètres. Le minimum est de 220 € par an et cela peut atteindre plusieurs milliers d'euros. Évidemment, tes choix de gestion vont largement impacter le montant de tes charges. Par exemple, si tu sous traites la partie communication sur les réseaux sociaux, cela ne représente plus la même dépense que si tu es capable de la gérer par toi même. Estimons ces charges fixes à environ 500 € par mois. N'oublie pas tes immobilisations. Une immobilisation est un bien que tu vas utiliser un certain temps dans ton cycle de production. Cela peut être les rayonnages de ton local de stockage, ton matériel informatique ou encore les dépenses de réalisation de ton site Web. Ces dépenses ne sont pas déduites en totalité au moment ou tu les engage, les étale sur une durée correspondant en principe à celle de leur utilisation. Par exemple, pour ton site web qui t'a coûté 5 000 €, il sera utilisé sans refonte majeure sur cinq ans. Dans ce cas, la charge déduites annuellement sera de 1 000 €, soit 83 € par mois par voie d'amortissement. Tu te demandes quelles sont les charges variables que l'on retrouve dans la comptabilité d'un E-commerçant ? Commission sur vente, emballage d'expédition, sous traitance de la logistique ou utilisation des services de gestion de stocks et d'envois des plateformes type FB. On a parfois aussi la sous traitance du service client avec la gestion des retours ou des appels. Les plateformes n'oublient pas non plus de te facturer des frais administratifs liés au remboursement de tes retours. Prenons un exemple pour bien illustrer ça. Tu as une activité de commerce et tu utilises pour cela les services d'Amazon. Pour ouvrir plus largement ton marché, tu as recours aux services de stockage et d'expédition de la market place. Tu as forcément besoin de mettre en avant tes produits pour les rendre plus visibles parmi ceux de tes concurrents. Donc, tu as aussi souscrit à des services de publicité facturés au clic. Tu devras également verser une commission sur chaque vente réalisée. Dougs traite la comptabilité de nombreux commerçants. De notre expérience, voici les taux moyens constatés sur ces différents services par rapport à ton chiffre d'affaires. Frais de publicité : environ 5%, frais de stockage et d'expédition, environ 22%, commissions sur ventes, environ 20 %. Bien sûr, il faut aussi prendre en compte le coût de revient de tes marchandises ou matières premières. Pour cela, il faut que tu utilise ton taux de marge. Attention, retient bien le coût de revient et pas seulement le prix d'achat. En effet, il peut s'ajouter à ce prix divers frais d'expédition et des taxes douanières qui font significativement grimper la note finale. Par exemple, tu vends un produit au prix de 100 € mais celui ci a un coût de revient de 30 €. Ta marge est donc de 70 €, ce qui représente un taux de 70 %. On va déterminer une marge sur coûts variables pour faciliter tes calculs. Voici donc le détail des calculs de ta marge sur coûts variables. Partons d'un chiffre d'affaires de 100 dont tu déduis le coût de revient de tes marchandises qui correspond à 30 €. Il faudra alors tenir compte des autres charges variables directement liées à la commercialisation de tes articles. Tu obtiens alors une marge sur coûts variables de 23 €, soit un taux de 23 %. Tu constates donc que pour 100 € de ventes, les charges variables s'établissent à 77 %. Pour bénéficier de certaines garanties du point de vue social, droit à la retraite, indemnités journalières, etc, tu dois te rémunérer. Le président et associé de SASU est un assimilé salarié, il relève du régime général de la sécurité sociale. Presque comme un salarié, mais pas tout à fait. Il ne conclue pas de contrat de travail avec la société. N'étant pas un vrai salarié, il ne cotise pas à Pôle emploi et ne bénéficie pas des réductions de charges sociales sur les bas salaires. En revanche, s'il veut se rémunérer, il doit impérativement établir un bulletin de paie. Tant que tu ne prélèves pas de salaire, aucune cotisation sociale n'est versée. Alors, qu'est ce qu'il en ressort? Pour un salaire net de 2 500 €, tu dois débourser environ 1 998 € de charges sociales. Donc au final, pour que ta société puisse te verser 2 500 €, cela lui coûte 4 498 €. Voyons ce qu'il te reste. Pour un chiffre d'affaire mensuel de 25 000 € dont on déduit 500 € de charges fixes et taxes diverses, 100 € d'amortissements, 4 498 € de masse salariale et 19 250 € de charges variables, le bénéfice avant IS est alors de 652 €, soit 7 824 € par an. Avec un IS à 15 %, le résultat net serait de 6 650 € à la fin de l'exercice. Que faire de ces 6 650 € ? soit les placer en réserve ou en report à nouveau, soit les prélever sous forme de dividendes. Ce choix dépend de tes objectifs personnels et des besoins de trésorerie de ta SASU ainsi que de ses projets. Prenons le cas des dividendes. Ils ne sont pas gratuits. Tu dois acquitter de la CSG et la CRDS, RDS et de l'impôt sur le revenu. Ici, considérons les dividendes après CSG, mais avant impôt, le montant à percevoir est de 5 506 €. Donc finalement, avec 300 000 € de CA annuel, tu obtiens 30 000 € de salaire net et des dividendes pour 5 506 €, soit 35 506 €, le tout avant impôt sur le revenu. Une EURL te permettrait de te rémunérer plus pour une même enveloppe salaire plus charges sociales. Ceci grâce aux cotisations sociales limitées du statut de TNS. Voilà, tu sais tout. Et pour ne rien rater de nos prochaines vidéos dédiées au E-commerce, abonne toi à notre chaîne YouTube. Si tu as des questions, tu peux aussi déposer en commentaire directement. N'oublie pas que chez Dougs, nous avons des équipes spécialement formés au E-commerce, alors pour savoir comment nous pouvons t'aider, n'hésite pas à nous contacter.

Les guides pratiques de l’entrepreneur
Les voir tous  →
À lire aussi