Choisir entre capital et compte courant, quelles différences ?

Votre compta bilan inclus pour 69€HT par mois

Découvrir l'offre →

Quand il s’agit de mettre de l’argent à disposition de sa société, l’entrepreneur a le choix de réaliser des apports en capital ou des apports en compte courant d’associé. Il s’agit d’une question récurrente pour les créateurs de sociétés. Commençons par un petit rappel théorique sur ces 2 notions !

Définition Capital et Compte Courant d’Associé

Le capital

Le capital, c’est l’ensemble des apports effectués par les associés ou actionnaires lors de la création de la société. Ils peuvent s’effectuer en numéraire, en nature ou en industrie selon la forme de la société.

Concrètement, l’associé reçoit des parts sociales (ou actions) en contrepartie de son apport. Celles-ci lui confèrent des droits de vote en assemblée, des droits aux dividendes et un droit à l’information. Généralement, ce capital se reverse aux associés en fin de vie de la société. Autrement dit, lors de sa liquidation ou lors de la revente des parts sociales.

Les formes juridiques les plus courantes  sont les SARL et SAS. Ces formes juridiques permettent même leur constitution avec seulement 1€ de capital. Cela souligne l’importance que prend le compte courant dans une telle situation. Que faut-il en penser ? Nous vous invitons à consulter cet l’article sur les sociétés à 1 euro

Le compte courant d’associé

Le compte courant d’associé, quant à lui, représente la situation financière de chaque associé vis-à-vis de la société. On ne tient pas compte des apports initiaux en capital. Dans l’absolu, vous pourriez avoir 2 associés à 5.000 euros chacun en capital et 1 seul aurait un compte courant de 10.000 euros. D’une façon simple, les associés mettent la main à la poche pour prêter de l’argent à la société de manière temporaire. A la différence de l’apport en capital, le détenteur peut rembourser le compte courant à tout moment. Il faut juste que la trésorerie le permette.

Attention, il ne faut pas confondre compte courant et compte bancaire. Les fonds apportés en capital ou en compte courant sont versés sur le compte bancaire mais ces sommes sont utilisées pour l’exploitation. Un compte bancaire à découvert ne signifie pas pour autant que vous avez perdu toute chance de remboursement de votre compte courant. Celui-ci pourra avoir lieu dès que la trésorerie sera revenue à flots.

capital ou compte courant

Mais alors, comment choisir entre compte courant et capital ?

C’est une difficulté. Pour vous aider : servez vous de votre business plan. Il peut vous donner de précieuses informations. Celui ci permet de pointer du doigt les ressources en financement dont votre société aura besoin lors de son lancement. Reste cette question en suspens, dois-je constituer un apport en capital ou en compte courant pour l’intégralité ou panacher ces deux apports financiers ?

Est il préférable de faire un apport en capital ou d’augmenter le compte courant d’associé ?

Comme souvent, il n’est bien évidemment pas question de trancher de manière ferme et définitive puisque cela dépend de nombreux facteurs propres à chaque cas de figure.

Apporter plus en capital ?

Un apport conséquent en capital peut vous permettre d’avoir un poids important dans les décisions de gestion. Cela vous permet de récolter davantage de dividendes ou de bénéficier d’une proportion plus importante de la plus-value lors de la cession. En revanche, si votre activité est susceptible de générer rapidement une marge intéressante, vous vous privez de la récupération rapide des apports. Si vous constituez votre société à plusieurs associés et que les capacités financières de chacun sont inégales, alors le compte courant peut être judicieux. La dilution dans le capital de certains associés peut en effet être synonyme d’investissement personnel amoindri. Dans cette situation, l’apport en compte courant peut être rémunéré pour ne pas léser celui qui contribue davantage à financer le cycle d’exploitation. Cette rémunération est déductible du résultat de la société. il faut respecter certaines dispositions fiscales.

Enfin, pour un investisseur qui ne prend pas part à l’exploitation. Le choix du capital est plus pertinent dans le cadre d’une PME. Outre la rémunération des apports, il bénéficiera de réductions d’impôt sur le revenu à hauteur de 18% des sommes investies. Il peut choisir une réduction d’ISF équivalente à 50% des apports. (dans la limite de certains plafonds).

Répondre à cette question de répartition capital / compte courant nous amène à la question suivante : quel est donc le bon montant du capital social ?

À propos de l'auteur : Sarah Jaouani est responsable de la comptabilité et cofondatrice chez Dougs, l'expert-comptable en ligne qui vous simplifie la vie. Découvrez comment Dougs rend votre compta automatique et sans paperasse.
Dougs est l'expert comptable des consultants, artisans, e-commerce et freelances

Réduisez votre facture comptable dès aujourd'hui !

Essayez Dougs dès maintenant ou demandez une présentation, un expert comptable vous appelle dans les 30 secondes. C'est gratuit, rapide et sans engagement.