Peut-on créer sa société avec 1 euro en poche ?

Votre compta bilan inclus pour 69€HT par mois

Découvrir l'offre →

Ce n’est pas un mythe ! Il est tout à fait possible de créer sa société à partir d’une idée et un porte-monnaie vide. Il n’y a pas de corrélation nécessairement entre l’importance du capital social et la croissance d’une société.

Sur le plan juridique, il n’y a pas de capital minimum obligatoire pour créer une SARL, EURL ou SAS. Un capital d’un euro suffit. Néanmoins, créer sa société sans argent peut parfois être un handicap. Il est important d’avoir à l’esprit certains risques.

Trésorerie compatible avec un capital d’1 euro ?

Le capital social doit permettre à la société de faire face à ses premières dépenses. Il s’agit notamment des frais d’immatriculation et d’annonce légale pour sa création. Par la suite il faut également assurer les frais de fonctionnement. Cela est difficile avec un euro.

Néanmoins, un associé peut prêter de l’argent à la société par le système de l’apport en compte courant d’associé afin de contourner cette difficulté.

Banque compatible avec un capital d’1 euro ?

Pour sa création, les associés doivent justifier de l’ouverture d’un compte bancaire au nom de la société. C’est sur ce compte transitoire que le montant du capital social se verse et reste bloqué jusqu’à l’immatriculation.

Il est à craindre que peu de banques n’acceptent l’ouverture d’un compte pour y verser une somme d’un euro. Le manque d’investissement personnel des associés peut créer un doute sur le sérieux du projet. Cela peut dissuader la banque d’accepter une collaboration.

Par la suite, en cas de besoin de financement de la société, il va être difficile de convaincre la banque d’octroyer un prêt. En effet, la plupart des banques conditionnent l’octroi d’un prêt à un apport personnel de 25 à 30% du montant du projet ou à une garantie personnelle des associés.

Aides et subventions

Si la société ne parvient pas à obtenir un financement bancaire, elle peut espérer prétendre à des aides ou à des subventions telles que le NACRE (nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise). Le financement est accordé après étude du dossier. Le manque d’investissement personnel ou de garanti ne favorisera pas l’octroi d’une aide financière.

Partenaires : qu’en pensent ils d’un capital d’1 euro ? 

Le capital social constitue une garantie pour les partenaires de l’entreprise. Un capital de un euro peut avoir un impact négatif sur l’image de la société. Le partenariat est plus difficile avec certaines sociétés sensibles aux capitaux.

Néanmoins la majorité des sociétés n’en font pas un critère essentiel de collaboration.

Perte de plus de la moitié du capital

Si l’entreprise perd plus de 50% de son capital social, une assemblée doit alors être tenue pour décider du sort de la société (poursuite avec engagement, reconstitution des capitaux propres dans un délai de 2 ans ou dissolution). Des démarches juridiques et des formalités supplémentaires seront entreprises. En d’autres termes, si la société perd plus de 50 centimes la première année, elle devra procéder à un formalisme long et couteux.

Avantages fiscaux limités avec un capital d’1 euro

Fiscalement, les fonds apportés directement au capital social de certaines sociétés permettent aux apporteurs de bénéficier de la réduction d’impôt sur le revenu pour souscription au capital d’une PME, égale à 18% du montant des apports effectués (un plafonnement est prévu). Attention, les sociétés doivent être à l’impôt sur les sociétés comme les SAS ou les SARL.

Faute de gestion

En cas de procédure collective, si une faute de gestion du dirigeant existe, ce dernier peut engager sa responsabilité civile et pénale. La sous-capitalisation pourrait constituer une faute de gestion qui pourrait être reprochée au dirigeant.

Solutions de financement

Créer sa société avec 1 euro en évitant tous ces risques reste néanmoins possible grâce à différents modes de financement. Le « crowfunding » ou financement participatif, les « business angels » ou encore la « love money » (levée de fonds auprès des proches), sont des modes de financement qui se font sans l’aide des acteurs traditionnels du financement et qui permettent à tout le monde d’avoir sa chance quelque soit sa capacité financière.

 

À propos de l'auteur : Véronique Maurice est expert-comptable et cofondatrice chez Dougs, l'expert-comptable en ligne qui vous simplifie la vie. Découvrez comment Dougs rend votre compta automatique et sans paperasse.
Dougs est l'expert comptable des consultants, artisans, e-commerce et freelances

Réduisez votre facture comptable dès aujourd'hui !

Essayez Dougs dès maintenant ou demandez une présentation, un expert comptable vous appelle dans les 30 secondes. C'est gratuit, rapide et sans engagement.