SAS ou SARL : choisissez les 2. Comment ?

  • Patrick Maurice
  • 29 avril 2019
  • SARL, SAS

Créez votre entreprise dès aujourd'hui avec un juriste Dougs

Découvrir l'offre →

Et oui vous avez bien lu, plutôt que de choisir entre la SAS ou la SARL, faîtes le choix de la SAS puis de la SARL. Démonstration des avantages majeurs de ces 2 statuts.

Tout d’abord, pour se débarrasser de tout flou juridique, rappelons qu’une SAS et une SASU reposent sur les mêmes statuts (ou presque). La SAS dispose de plusieurs associés, ce qui n’est pas le cas de la SASU dont l’acronyme signifie Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle. Dans la même logique, la SARL a plusieurs associés quand l’EURL ne dispose que d’un seul associé. Au passage, on signale que les associés peuvent être des personnes physiques ou morales, c’est à dire d’autres sociétés. Bref, le monde des sociétés soulève des possibilités presque infinies.

Reprenons le fil de la conversation de la raison pour laquelle vous devez commencer une SAS ou une SASU.

Une SAS pour démarrer votre activité plutôt qu’une SARL

Nous avons retenu le cas de 95% des créateurs en France qui bénéficient de Pôle Emploi et qui décident d’opter pour le versement d’indemnités auprès de Pôle Emploi. Le meilleur choix pour eux demeure la création d’une SAS ou d’une SASU. Pourquoi ? Et bien pour 3 raisons principalement :

Pas de cotisation sociale dans une SAS

Vous continuez à percevoir Pôle Emploi sans vous verser de l’argent. Ainsi, sans aucun salaire, vous ne payez aucune cotisation sociale tant que vous ne vous versez aucun salaire. Ce n’est pas le cas dans une SARL ou une EURL où vous verserez quoiqu’il arrive un minimum de 1600 euros la première année et plus de 3500 la seconde année même si vous ne vous versez aucune rémunération. Pire, si vous vous partagez la gérance, vous pouvez multiplier cette somme par autant de co-gérants. Donc en créant une SAS plutôt qu’une SARL, vous évitez le RSI.

Le maintien de votre sécurité sociale

Cela a l’air de rien, mais changer de catégorie sociale n’est pas si évident. Par exemple, en devenant gérant de SARL, vous passez au régime de la SSI – sécurité sociale des indépendants (ex – RSI). Ainsi, vous devez changer de carte vitale, choisir un autre régime, changer également de caisse de retraite … Avec une SAS, vous conservez le régime général de la sécurité sociale. Disons le clairement, c’est plus confortable comme statut.

Des opportunités de dividendes dans une SAS plus que dans une SARL

Parfois, certaines décisions prêtent à conséquence. Ainsi, plusieurs années auparavant, le législateur a voulu freiner la distribution de dividendes dans les sociétés françaises et a tapé sur les SARL et EURL en limitant la distributions de dividendes pour les gérants majoritaires à 10% du montant du capital. En d’autres termes, une SARL avec 10000 euros de capital ne peut pas distribuer plus de 1000 euros à ses associés affiliés au régime du RSI (devenu SSI) par an !

Dans une SAS ou une SASU, la situation n’est pas autant dogmatique. En effet, il est toujours possible de se verser des dividendes. Cela est d’autant mieux que le créateur peut ainsi compléter ses indemnités perçues par Pôle Emploi en se versant des dividendes. Seule contrainte : terminer au moins un premier bilan. Astuce : faire un premier exercice assez court si votre bénéfice le permet.

SAS ou SARL

Une SARL la 3ème année plutôt qu’une SAS

Le saviez vous ? Transformer une SAS en SARL est relativement simple. Il n’y a plus besoin d’un commissaire aux comptes. Certes, ce n’est pas une obligation de transformer sa SAS en SARL, mais vous devez y réfléchir pour 2 raisons.

La rémunération coute moins cher en SARL

Petit rappel, vous ne percevez plus Pôle Emploi au bout des 24 mois (sauf si vous avez dépassé la cinquantaine). Il est donc temps de vous verser une rémunération et là, le bas blesse si vous restez salarié de votre SAS.

En effet, pour 100 euros de rémunération nette dans une SAS, il va falloir payer 87 euros de charges sociales se décomposant entre les retenues salariales et les charges patronales. Vous savez les sommes qui apparaissaient sur votre bulletin de salaire quand vous étiez salarié. Détail qui était juste incompréhensible (qui a pu décider d’une telle abomination ? Certainement pas une personne heureuse 🙂 )

S’agissant de la SARL, le coût est beaucoup moindre 46 euros. Même si cela ne paraît pas spécialement bon marché, cela fait une différence de 40 euros quand même. A vous de compléter ensuite par de la loi Madelin en matière de prévoyance et de retraite complémentaire si le coeur vous en dit.

Une réforme de la SSI est en cours

L’ex RSI est en cours de réforme et il se peut qu’elle puisse conserver à la fois un coût plus restreint mais également une meilleure protection. On se met un peu à rêver, mais qui sait ?

En conclusion, choisir entre une SAS et une SARL n’est plus nécessaire. Choisissez les 2 !

À propos de l'auteur : Patrick Maurice est expert-comptable et cofondateur chez Dougs, l'expert-comptable en ligne qui vous simplifie la vie. Découvrez comment Dougs rend votre compta automatique et sans paperasse.
Dougs est l'expert comptable des consultants, artisans, e-commerce et freelances

Réduisez votre facture comptable dès aujourd'hui !

Essayez Dougs dès maintenant ou demandez une présentation, un expert comptable vous appelle dans les 30 secondes. C'est gratuit, rapide et sans engagement.