Bilan de l’entreprise – explication ludique de l’actif et du passif !

Votre compta bilan inclus pour 69€HT par mois

Découvrir l'offre →

Que vous soyez étudiant, créateur d’entreprise ou dirigeant déjà installé, le bilan de l’entreprise reste souvent un domaine un peu mystérieux. Une sorte de chasse gardée à une partie de la population que l’on appelle les comptables. Ils ont un point commun. Ils parlent un langage ésotérique. Voulez vous savoir ce qu’est le bilan d’une entreprise ? 

Un bilan sert à mesurer 2 choses. D’un côté les biens dont l’entreprise est propriétaire. On appelle cela l’actif. De l’autre côté les dettes, c’est à dire ce que l’entreprise doit.  On appelle cela le passif. Mais voyons cela plus en détail.

bilan de l'entreprise

Présentation du bilan

Chaque année, l’entreprise doit produire un document comptable indispensable : le bilan. Il s’agit d’un document précieux qui appréhende notamment la solvabilité de l’entreprise à court et à long terme.

Le bilan représente l’état patrimonial de l’entreprise, il indique ce qu’elle possède et ce qu’elle doit. Par l’étude du bilan on estime les créances et les dettes de l’entreprise ainsi que sa trésorerie.

Généralement, le bilan s’organise en colonnes. Il offre ainsi une communication homogène aux tiers extérieurs et s’avère donc adapté pour l’information des actionnaires. Il se présente également en lignes, comme un formulaire normalisé Cerfa remis au Trésor public et au greffe du tribunal de commerce. Peu importe la présentation, l’essentiel est de comprendre les notions d’actif et de passif.

actif passif détaillé

Aussi, avant de découvrir ces notions, il est nécessaire de rappeler les postulats comptables suivants :

  • l’actif du bilan se positionne au débit (partie gauche du bilan),
  • Le passif du bilan se positionne au crédit (partie droite du bilan).

L’actif du bilan

Comprendre un bilan actif

A. Éléments de l’actif

A gauche du bilan figure l’actif. L’actif représente ce que l’entreprise possède en tant que biens, droits, créances ou trésorerie. Découvrons maintenant le détail de l’actif suivant la numérotation du plan comptable :

Immobilisations à l’actif du bilan

Aux chiffres du plan comptable commençant par 2, nous avons les immobilisations qui sont des cartes stratégiques dans le jeu de l’entreprise. Ces atouts vont l’aider dans son exploitation, car ce sont les droits et possessions que l’entreprise va utiliser sur plusieurs années. Ils diffèrent selon chaque type d’entreprise, leurs choix et leurs besoins d’investissements. Il s’agit des éléments suivants :

  • Brevets qu’elle possède ;
  • Droit au bail de ses locaux ;
  • Machines de production ;
  • Véhicules ;
  • Ordinateurs …

Stocks à l’actif du bilan

Au chiffres du plan comptable commençant par 3, l’entreprise décline ses stocks :

  • matières premières ;
  • produits intermédiaires ;
  • produits finis ;
  • marchandises …

Remarque : Certaines sociétés n’ont jamais de stocks inscrits au bilan. C’est le cas souvent, par exemple, des entreprises de services, mêmes si ces dernières peuvent comptabiliser leurs travaux en cours.

Comptes de tiers à l’actif du bilan

  • Au chiffres du plan comptable commençant par 4, l’entreprise présente à l’actif certains comptes de tiers qui sont principalement les clients. Jusqu’alors les choses étaient simples, car il parait évident que les immobilisations et les stocks qui figurent à l’actif du bilan sont des éléments appartenant à l’entreprise. Mais là, vous êtes en droit de demander pourquoi les client sont à l’actif. Est ce que cela signifie que les clients appartiennent à l’entreprise ? La réponse est non. En fait, les clients inscrits à l’actif du bilan sont des comptes clients qui font état des factures que ces derniers n’ont pas encore payées. Or, si vos clients ne payent pas au comptant, cela signifie tout simplement que vous leur faite crédit. Une fois ces factures encaissées, elles alimentent votre trésorerie. Les clients s’inscrivent à l’actif du bilan en tant que créances possédées par l’entreprise. Ce sont les sommes que les clients vous doivent.

Trésorerie à l’actif du bilan

  • Aux chiffres commençant par 5, est déclinée la trésorerie de l’entreprise :
    • Placements financiers de très court terme de type actions cotées en Bourse ;
    • Banque (compte courant) ;
    • Caisse (pour les commerçants).

Dans l’hypothèse où l’un des comptes bancaires est à découvert , il figure au crédit du bilan, donc au passif. Il n’est plus à l’actif tant que le découvert n’est pas remboursé. Les débutants peuvent rencontrer ici une difficulté que nous allons lever tout de suite.

A savoir : Dans la comptabilité de l’entreprise, une entrée d’argent à la banque (ou en caisse) se fait au débit et une sortie au crédit. Ce principe fonctionne à l’inverse du relevé bancaire que vous adresse votre banque. C’est normal, car le relevé est un document d’abord interne à la banque et qui suit les opérations du client dans sa comptabilité. Oubliez donc le relevé de la banque pour traiter la comptabilité de l’entreprise. Dans la comptabilité de l’entreprise, le compte courant de la banque est normalement débiteur ; il est créditeur s’il y a un découvert.

B. Liquidité croissante de l’actif du bilan

liquidité croissante actif

Nous venons d’étudier l’actif du bilan, soit tout ce que l’entreprise possède  comme biens, droits, créances et trésorerie. Il nous reste à voir une notion importante qui porte sur la conception même du bilan. La comptabilité est en effet fort bien conçue puisque l’actif du bilan se présente sous forme de liquidités croissante, qui s’étudient en descendant du haut vers le bas.

Pour illustrer la liquidité croissante, nous isolons la partie du bilan correspondant à l’actif.

Présentation du détail de l’actif

Puis nous allons démontrer ce principe fort intéressant en commençant par présenter le bas de l’actif de notre bilan puis en le remontant pour des questions pédagogiques :

  • Au bas de l’actif du bilan, nous avons la caisse qui, avec ses espèces sonnantes et trébuchantes, offre ses liquidités les plus disponibles pour honorer un règlement immédiat.
  • En remontant dans l’actif du bilan, nous arrivons à la banque. Avec notre compte bancaire, nous pouvons engager des dépenses rapides par chèque, virement, carte de crédit ou retrait d’espèces au guichet.
  • Gravissant encore une marche plus haute dans l’actif, nous arrivons aux placements en actions, en obligations et en SICAV (société d’investissement à capital variable). Ces postes représentent bien des liquidités, car, en les vendant, nous alimentons la banque. Toutefois, la liquidité est moindre, car il nous faut attendre un peu pour disposer des fonds.

Avec la caisse, la banque et les placements à court terme, nous sommes restés dans le bas du bilan dans un domaine de liquidités importantes. Le plan comptable fait figurer un 5 au début de ces comptes dits de trésorerie :

– 503 – Actions ;     506 – Obligations ;

– 512 – Banque ;       53 – Caisse .

Ces valeurs à l’actif du bilan se caractérisent par la comptabilité générale : ce sont les disponibilités, mais aussi la trésorerie d’actif ou la trésorerie disponible.

Les comptes de tiers

Nous continuons à remonter le bilan en supposant que nous n’avons plus d’argent disponible en trésorerie :

  • Les comptes clients (chiffre 4) représentent des sommes dont nous attendons le règlement. Une fois ces encaissements réalisés, ils descendent d’une marche dans le bilan pur alimenter la caisse ou la banque ( le compte client diminue et le compte de trésorerie augmente d’autant ).
  • Supposons maintenant que nous n’avons ni trésorerie, ni règlement à attendre de nos clients, l’analyse de notre bilan met en évidence une situation bien délicate. Afin de disposer d’argent,  nous devons trouver des clients pour acheter notre stock (chiffre 3) puis attendre d’encaisser le produit de nos ventes.

Les immobilisations

Remontons maintenant tout en haut de l’actif du bilan au niveau des immobilisations (chiffre 2). Dans l’hypothèse extrême ou l’entreprise se trouve en situation de faillite, qu’elle ne dispose plus d’argent, ni de créance client, ni même de stock, elle n’a plus comme autre choix que de vendre ses biens immobilisés pour honorer ses créanciers. On se doute bien que cette situation est exceptionnelle, car elle signe la fin de la vie économique de la société. D’ailleurs, quand une entreprise en est réduite à vendre ses immobilisations, c’est peut être sous couvert d’une procédure de liquidation judiciaire : la faillite est passée par là et les biens de l’entreprise sont mis en vente par un commissaire priseur pour rembourser le créanciers ( au moins les créanciers prioritaires).

Mais, concernant notre exemple, ce n’est heureusement pas le cas, nous disposons de notre actif. Puisque nous sommes en haut de l’actif du bilan, nous allons le redescendre pour l’analyser encore, mais du haut vers le bas cette fois, afin de mieux en observer le principe de liquidité croissante, et ce, sous un autre angle.

Une fois notre compte en banque correctement alimenté, nous pouvons régler nos fournisseurs, alimenter notre stock, payer nos taxes et nos salariés. Nous sommes bientôt arrivés à l’étude du passif du bilan où se trouvent nos dettes.

Certains entrepreneurs qui viennent de lire cette approche du bilan peuvent se dire que leur bilan est différent. En effet, si vous exercez une activité de conseil, par exemple, vous n’avez pas de stocks et peut être pas d’immobilisations, il n’empêche que vous avez un bilan qui reprend au moins partiellement celui de l’exemple.

Le passif du bilan

Revenons sur le bilan présenté aux pages précédentes, car nous allons en étudier la partie droite, à savoir le passif.

Comprendre un bilan Passif

A-Éléments du passif

Au passif du bilan figurent des postes qui représentent les dettes de l’entreprise a vis à vis de l’extérieur :

Capitaux au passif du bilan

capitaux permanents
  • Au chiffre 1 du plan comptable, se présente le capital de l’entreprise. Le capital social de l’entreprise est versé par les actionnaires de l’entreprise. La question que les étudiants me posent parfois est: «  Comment se fait il que le capital soit inscrit au passif comme une dette de l’entreprise puisque le capital est censé être détenu par l’entreprise ? » Cette question est logique, car l’entreprise dispose bien de son capital, mais il appartient aux actionnaires. C’est la contrepartie des sommes versées au capital, qui appartiennent bien à l’entreprise, à commencer par les immobilisations : le capital en lui même n’est pas possédé par l’entreprise mais bien par les actionnaires. En d’autres termes, l’entreprise doit aux actionnaires de l’argent, à savoir au minimum le montant du capital.
capital du aux actionnaires.001
  • Au chiffre 16 du plan comptable, sont constatées d’autres dettes de l’entreprise, ce sont les emprunts souscrits auprès des organismes financiers (principalement des banques).
  • En descendant encore dans le passif de notre bilan, nous constatons qu’il n’y a pas d’immobilisations (chiffre 2 du plan comptable), ni de stock (chiffre 3). C’est normal, car l’on ne peut pas avoir de stock négatif, il s’agit d’une réalité physique. Dans la même logique si l’on peut avoir un compte bancaire négatif inscrit au passif, il est matériellement impossible pour le compte de caisse d’avoir un montant négatif. Sinon, cela signifie qu’il y a au mieux une erreur, au pire un loup dans la bergerie. En effet, si des encaissements d’espèces n’ont pas été comptabilisés, il s’agit au mieux d’une erreur, au pire d’un détournement.

Comptes de tiers au passif du bilan

passif circulant

Arrivés au chiffre 4 porté au passif du bilan, nous nous trouvons dans les comptes de tiers. Nous avons déjà vu le compte de tiers « clients » lors de la découverte de l’actif. Il se pourrait très bien que nous ayons un client au passif dans le cas ou il nous verserait un acompte, a la commande, pour l’instant, dans le bilan qui nous sert d’exemple, nous avons :

les fournisseurs (comptes 401)

Nous avons acquis auprès d’eux des biens (éléments de notre stock, marchandises, fournitures) ou alors nous avons bénéficié de leurs prestations de services. Le montant des factures restant à régler est comptabilisé en tant que dettes au passif du bilan. Dans ce cas, c’est le fournisseur qui nous fait crédit. Notez que le bilan n’est rien d’autre qu’une photographie du patrimoine de l’entreprise à un instant T. Si demain vous payez toutes vos factures, le compte fournisseur sera à 0. Mais , comme en comptabilité (à l’instar de la physique) rien ne se perd tout se transforme, si vous n’avez plus de sommes à la ligne fournisseurs, vous constaterez que les sommes figurant au compte bancaire auront diminué d’autant ;

Les salariés, charges sociales et impôts et taxes (comptes 421)

Le compte 421 salariés représente les sommes nettes à verser aux salariés. A savoir le cumul des sommes portées en net sur chaque bulletin de salaire et non encore versés à la date du bilan ;

Les charges sociales (comptes 43). Ce sont toutes les charges salariales que l’entreprise doit verser aux organismes concernés : la Sécurité sociale (URSSAF) , la retraite complémentaire, les mutuelles … Si vous êtes salarié, ce sont les lignes qui figurent sur votre bulletin de paie et qui viennent diminuer votre net à payer, plus les cotisations patronales ;

Les impôts et taxes (compte 44). Ici, nous avons tout ce qui concerne la fiscalité de l’entreprise : la TVA collectée ou à payer (la TVA déductible s’inscrit )à l’actif), l’IS, la TVTS (taxe sur véhicule de tourisme des sociétés) et toutes les autres impositions et taxes à payer au Trésor public. Pour connaitre toutes ces taxes, vous pouvez parfaire vos connaissances sur le site officiel : www.impôts.gouv.fr/

Trésorerie négative au passif du bilan

  • En bas du passif du bilan, le compte banque représente un découvert bancaire. C’est bien une dette à rembourser le plus tôt possible.

B. Exigibilité croissante du passif du bilan

exigibilité passif

Autant à l’actif du bilan il est question de liquidité croissante, autant pour le passif il est question d’exigibilité croissante. Pour expliquer ce principe, nous allons remonter le passif du bas vers le haut :

Banque Compte 512

L’éventuel découvert bancaire représente la dette la plus exigible. En effet, l’entreprise doit combler rapidement son découvert bancaire pour des raisons évidentes (agios, risque d’interdit bancaire …)

Comptes de tiers

Remontant l’actif d’un niveau , nous arrivons aux comptes de tiers (44-état, impôt et taxe, 43 – charges sociales ; 421 – salariés). Il va de soi que ces tiers ont un patience limité : il faudra les payer rapidement si l’on veut éviter les ennuis. Le compte 401 concerne les fournisseurs ayant livré leur produit ou leur services. Ils attendent d’être payés.

Emprunt

En remontant encore le bilan, nous arrivons au compte 16 (emprunts). La banque nous a accordé un prêt sur une longue période. Les dettes à long terme nous donnent une réelle sécurité financière. En effet, nous avons un calendrier du remboursement connu dans le temps.

Capital

Arrivant au compte 1 ( capital), nous avons tout notre temps pour rembourser les actionnaires, car ceux ci ont souscrit au capital pour une durée indéterminée.

En conclusion, établir un bilan n’est pas nécessairement toujours aisé. Si vous êtes professionnel, n’hésitez pas à faire appel à un vrai professionnel également, à savoir un expert-comptable.

À propos de l'auteur : est expert-comptable et cofondateur chez Dougs, l'expert-comptable en ligne qui vous simplifie la vie. Découvrez comment Dougs rend votre compta automatique et sans paperasse.
Dougs est l'expert comptable des consultants, artisans, e-commerce et freelances

Réduisez votre facture comptable dès aujourd'hui !

Essayez Dougs dès maintenant ou demandez une présentation, un expert comptable vous appelle dans les 30 secondes. C'est gratuit, rapide et sans engagement.