Augmentez votre rémunération, créez une SASU ou une SCI… Webinars et conseils gratuits, animés par nos experts chaque jour !Inscriptions ici →
Augmentez votre rémunération, créez une SASU… Webinars gratuits !Inscriptions →
Telephone04 28 29 62 62Telephone
Telephone
Menu
Création d'entreprise
10min

Auto-entrepreneur, SASU ou portage salarial : quel statut choisir ?

Téléchargez le guide création d’entreprise

Auto-entrepreneur, SASU ou portage salarial : quel statut choisir ?

💡 Le micro-entrepreneur remplace l’auto-entrepreneur !

Dans cet article, on utilise parfois le terme d’auto-entrepreneur. Mais savez-vous que cette forme juridique n’existe plus depuis 2016 ? Elle a été remplacée officiellement par le statut de micro-entrepreneur, mais le terme “auto-entrepreneur” est resté dans le langage courant.

Créer sa micro-entrepriseTous nos articles sur la micro-entreprise

Choisir le bon statut pour votre activité d'indépendant peut être un véritable casse-tête. SASU,  portage salarial ou auto entrepreneur, chaque statut a ses propres avantages et inconvénients. Dans le portage salarial ou en SASU, vous êtes considéré comme un salarié et bénéficiez de la protection sociale des salariés. En tant qu'auto-entrepreneur, la liberté est plus grande mais la protection sociale peut être moins avantageuse. Comparons vos différentes options pour vous aider à faire le choix le plus judicieux pour votre activité et votre situation.

Définitions : portage salarial, auto-entrepreneur et SASU

Le portage salarial est un statut qui associe la liberté de l'indépendance et la sécurité du salariat. Il s'agit d'une relation tripartite entre le travailleur, l'entreprise de portage et le client. Le professionnel facture ses prestations par l'intermédiaire de la société de portage, qui lui reverse un salaire chaque mois en tenant compte d'une commission pour sa gestion.

L'auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur est un statut simplifié de l'entrepreneur individuel. Il permet de créer facilement une activité indépendante avec peu de formalités administratives. Le chiffre d'affaires est plafonné et l'auto-entrepreneur est soumis à un régime fiscal et social spécifique.

Enfin, la SASU, société par actions simplifiée unipersonnelle, est une forme juridique qui permet notamment au dirigeant de bénéficier du statut d'assimilé salarié auprès de la sécurité sociale, et donc d'avoir une meilleure protection sociale qu'en auto entreprise.

Créez votre entreprise en ligne en quelques clics et pour 150€ seulement.

👉 Commencer ma création dès maintenant

Le statut de l'auto-entrepreneur expliqué

Avantages et inconvénients de la micro-entreprise

La micro-entreprise présente plusieurs avantages et inconvénients, à considérer en fonction de votre situation et de vos objectifs.

Parmi les avantages, vous avez : 

  • Simplicité administrative : création rapide, déclarations fiscales et sociales simplifiées.
  • Fiscalité avantageuse : cotisations calculées sur le chiffre d'affaires réel, exemption de TVA jusqu'à certains seuils.
  • Indépendance : vous gérez votre activité comme vous le souhaitez, sans contrainte de hiérarchie ou d'horaires ;
  • Possibilité de cumuler la création d'une auto entreprise avec votre ARE (aide au retour à l'emploi) en fonction de votre chiffre d'affaire.

Et les inconvénients : 

  • Plafonnement du chiffre d'affaires : si vous dépassez les plafonds fixés, vous changez de régime fiscal.
  • Protection sociale limitée : pas de droit au chômage en cas de fermeture de votre entreprise, retraite et prévoyance liées aux revenus réels.

Le plafond de revenus en auto-entrepreneuriat

L'auto-entrepreneuriat est soumis à un plafond de chiffre d'affaires. Ces seuils dépendent de la nature de votre activité. 

Si ces limites sont dépassées, vous perdez le bénéfice de ce régime fiscal avantageux. Vous êtes alors soumis à la TVA et requalifié en régime classique d'entreprise individuelle à partir de l'année suivante.

A contrario, en portage salarial, il n'y a pas de limite de revenus. Le salarié porté peut générer un chiffre d'affaires aussi important qu'il le souhaite, sans craindre de perdre son statut.

Optimisez votre trésorerie

Suivez 18 actions de cette checklist et optimisez dès maintenant votre tréso !

Checklist

Le portage salarial décortiqué

Quels sont les avantages et inconvénients d'être consultant en portage salarial ?

Le portage salarial offre plusieurs avantages, notamment :

  • La sécurité sociale : le salarié porté bénéficie de la même couverture sociale qu'un salarié traditionnel.
  • La déduction des frais professionnels : certains frais liés à l'activité du consultant peuvent être déduits.
  • L'absence de plafond de revenus : contrairement à l'auto-entrepreneur, le consultant en portage peut générer un chiffre d'affaires illimité.

Néanmoins, le portage salarial n'est pas exempt d'inconvénients :

  • Des cotisations sociales plus élevées : comparativement aux travailleurs indépendants, le salarié porté cotise davantage.
  • Des frais de gestion : la société de portage prélève des frais sur le chiffre d'affaires du consultant pour gérer l'aspect administratif de son activité.

Moins de liberté fiscale : le consultant en portage est soumis aux règles de l'impôt sur le revenu et aux cotisations sociales des salariés.

Le salaire en portage salarial

Le salaire en portage salarial est calculé à partir du chiffre d'affaires généré par le salarié porté, hors frais professionnels et avantages. À noter que le montant des frais de gestion prélevés par la société de portage, généralement entre 5% et 10%, entre également en compte dans le calcul.

De plus, les frais professionnels peuvent être déduits de la base de calcul du salaire, ce qui peut optimiser le revenu net du salarié porté.

Le comparatif avec la SASU

Si le portage salarial et l'auto-entrepreneuriat sont des options populaires, la SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle) est une alternative intéressante également.

Cette structure juridique présente des avantages non négligeables, par exemple :

  • La SASU offre une grande flexibilité en termes de gestion, de rémunération et d'organisation.
  • Le dirigeant d'une SASU est rattaché au régime général de la sécurité sociale à condition de se verser une rémunération.

Néanmoins, la SASU comporte également des inconvénients :

  • Les cotisations sociales sont plus importantes que pour un auto-entrepreneur.
  • La création et la gestion d'une SASU demandent des formalités administratives plus complexes.

Voici quelques points clés pour bien comprendre la différence entre la SASU et le portage salarial.

Le portage salarial ne vous permet pas de déduire vos charges, ni de récupérer la TVA

En restant salarié porté, vous ne pouvez en aucun cas prétendre à une déduction de vos charges ou de vos achats professionnels. Alors, reprenons ensemble la différence entre ce que vous apporte une société de portage salarial ou une SASU sur des objets du quotidien.

Le coût en portage salarial

Pour illustrer nos propos, prenons un exemple. Dans le cas de l’acquisition d’un téléphone portable d’un coût de 1200 euros TTC. Le vrai coût sera pour un salarié à hauteur de :

  • 1 200 euros TTC pour l’achat du téléphone ;
  • 300 euros d’impôt sur le revenu et de CSG CRDS. En effet, pour avoir cette somme il vous a fallu payé votre impôt sur le revenu avant de disposer de la somme ;
  • 380 euros de retenues salariales sur votre bulletin de salaire ;
  • 50 au moins de charges patronales (car indirectement c’est vous qui payez les charges patronales).

Soit un total de 2 630 euros au moins.

Le coût pour un chef d’entreprise d’une SASU

Reprenons le téléphone portable de 1 200 euros TTC. Le vrai coût sera le suivant :

  • 1 200 euros TTC d’achat du téléphone ;
  • récupération de la TVA de 200 euros si la société a opté à la TVA (99% des situations) ;
  • économie de l’impôt sur les sociétés à hauteur de 150 euros (ou 333 euros au mieux).

Soit un coût total de 850 euros au plus.

Il ne s’agit que d’un simple exemple avec un téléphone portable, mais la liste peut être très longue : votre abonnement téléphone, internet, votre ordinateur, etc.

Cotisations chômage et SASU

La crainte de se retrouver au chômage est une peur partagée parmi les entrepreneurs. Contrairement à un salarié porté, les dirigeants de SASU ne cotisent pas à l'assurance chômage puisqu'il n’y a pas de contrat de travail pour le président associé unique d'une SASU. En revanche, vous pouvez souscrire des assurances privées pour bénéficier d'une aide financière dans le cas où vous devriez stopper votre activité.

Créer une SASU en étant au chômage

Il est tout à fait possible de créer votre SASU tout en bénéficiant de l’allocation d'aide au retour à l’emploi (ARE) pour une durée de 2 à 3 ans, à condition d’avoir suffisamment cotisé et de ne pas vous rémunérer dans votre SASU (d’où l’intérêt d’avoir une SASU soumise à l’impôt sur les sociétés). Parallèlement, votre SASU encaissera de l’argent pour son développement sans avoir à vous verser de rémunération.

Pour finir, vous mettre à votre compte en créant une SASU n’est pas plus risqué et rester salarié n’est pas nécessairement plus confortable. Un salarié porté ne sera pas mieux loti qu’un président de SASU en terme de protection sociale. Un président de SASU peut choisir ses propres régimes de protection comme la mutuelle et la prévoyance en fonction de son statut personnel. Généralement, vous serez toujours plus gagnant financièrement avec une SASU en étant à votre compte.

Enfin, on a tendance à oublier qu'une entreprise ne peut recourir au service du portage salarial que pour des tâches occasionnelles ou ponctuelles. En d’autres termes, l’entreprise ne peut avoir recours au portage que pour une expertise dont elle ne dispose pas en interne. De surcroît, la prestation est limitée à 36 mois.

Quel statut choisir ? Auto-entrepreneur vs portage salarial

Différence entre le statut d'auto-entrepreneur et le portage salarial

Le choix entre le statut d'auto-entrepreneur et celui de salarié porté dépend largement de votre situation individuelle et de vos objectifs professionnels.

L'auto-entrepreneur est son propre patron, ce qui lui confère une grande liberté d'action. Il est soumis à un régime fiscal simplifié, mais doit assumer seul la gestion administrative de son activité : déclarations fiscales et sociales, facturation, suivi des recettes, etc. Cela peut être un frein pour certains qui préféreront le portage salarial qui, lui, délègue cette gestion à la société de portage.

En tant qu'auto-entrepreneur, vous devez aussi gérer votre développement commercial en cherchant constamment de nouvelles opportunités alors qu'en portage salarial, votre activité est plus centrée sur l'aspect opérationnel de vos missions.

De plus, le chiffre d'affaires d'une micro entreprise est plafonné, ce qui peut limiter votre croissance ou vous poussez à changer de forme juridique.

Le cout de gestion de l'activité est aussi un élément à considérer. Les frais de gestion prélevés par la société de portage doivent être pris en compte dans le calcul du revenu net du salarié porté.

Enfin, un auto entrepreneur a le statut de TNS (travailleur non salarié) tandis que le salarié porté a le statut de salarié, c'est pourquoi les cotisations sociales d'un micro entrepreneur sont plus faibles qu'en portage salarial mais votre protection sociale en micro entreprise sera moins importante.

Mieux vaut réaliser une simulation financière personnalisée pour concrètement évaluer quel statut sera le plus avantageux en fonction de votre situation et de vos objectifs professionnels.

Le cumul des deux statuts est-il possible ?

Le cumul du statut d'auto-entrepreneur et de salarié porté est tout à fait envisageable. Il offre la possibilité de tirer profit des avantages de chaque statut. Cela permet de diversifier vos sources de revenus, tout en bénéficiant de la protection sociale du salariat et de la flexibilité de l'auto-entrepreneuriat.

Cependant, ce cumul nécessite une gestion attentive. Chaque statut ayant ses obligations spécifiques, il faut veiller à respecter les contraintes de l'un comme de l'autre. Par exemple, il faut être vigilant quant au plafond de chiffre d'affaires imposé en auto-entrepreneuriat.

On vous recommande de recourir à un expert-comptable pour assurer une gestion optimale de cette combinaison de statuts. En effet, chaque statut a ses spécificités en matière de fiscalité, de cotisations sociales et de déclarations administratives. Le rôle de l'expert est donc essentiel pour éviter les erreurs et optimiser la gestion de vos activités.

Société de portage : comment ça marche ?

Rôle et responsabilités de la société de portage

La société de portage joue un rôle central dans le dispositif du portage salarial. Sa première responsabilité est d'agir en tant qu'employeur du salarié porté. Elle est donc en charge de la gestion administrative, comptable et juridique liée à cette relation d'emploi. Cela inclut notamment :

  • La rédaction des contrats de travail et la déclaration préalable à l'embauche ;
  • Le versement du salaire et le paiement des cotisations sociales ;
  • La facturation des clients et le suivi des paiements.

En outre, la société de portage a l'obligation de garantir la sécurité et la santé de ses salariés. A ce titre, elle doit souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle pour couvrir les risques liés à l'activité du salarié porté. Enfin, la société de portage offre également un accompagnement personnalisé au salarié porté, notamment en matière de formation et de développement professionnel.

Choisir une bonne société de portage : critères à considérer

Quand il s'agit de choisir une société de portage, plusieurs critères doivent être pris en compte pour faire un choix éclairé. En voici quelques-uns :

  • La réputation de la société de portage est primordiale. Vérifiez que la société a une solide expertise dans votre domaine d'activité.
  • Assurez-vous que la société est financièrement stable. Cela garantit la pérennité de votre contrat et la sécurité de votre rémunération.
  • Comparez les services offerts par différentes sociétés. Certains offrent un accompagnement personnalisé, d'autres des formations ou des outils de gestion.
  • Les frais de gestion varient d'une société à l'autre. Assurez-vous de comprendre ce qu'ils couvrent.
  • Vérifiez que la société possède les agréments et certifications nécessaires pour exercer l'activité de portage salarial. C'est une garantie pour votre sécurité juridique.
Inscrivez-vous à la newsletter Dougs !
Stéphanie Frèrejean

Superviseur comptable

Stéphanie est superviseuse comptable. Chez Dougs, elle encadre l’équipe Beige, spécialisée BNC-BIC dossier à l'impôt sur le revenu. Pianiste et mélomane passionnée, cette ancienne responsable de portefeuille client est un cador du travail bien fait et bien organisé ! Au rythme de la musique, elle chorégraphie au millimètre près son équipe, des webinars et vos missions.

Monter un projet d’entreprise : le guide complet
Création d’entreprise et chômage : Pôle Emploi vous accompagne
Comment créer sa société ?
Les guides pratiques de l’entrepreneur
Les voir tous  →
Vous aimerez aussi