Création d'entreprise
17min

Se mettre à son compte : les démarches pour créer son entreprise

Téléchargez le guide création d’entreprise →

Se mettre à son compte : les démarches pour créer son entreprise

Vous souhaitez vous mettre à votre compte ? Devenir entrepreneur, travailleur indépendant, ou dirigeant associé unique ? C'est super ! Cependant, quitter son emploi pour se mettre à son compte est une décision qui ne se prend pas à la légère. Il y a de nombreuses démarches à accomplir avant de pouvoir créer son entreprise.

Se mettre à son compte peut vous permettre de vous épanouir professionnellement, et c’est qui plus est un choix qui a le vent en poupe ! Et si c’était le moment pour vous de créer votre propre entreprise ? Mais, comment s’y prendre ? Dans cet article, nous vous donnons toutes les clés pour réussir votre projet d’entrepreneur.

Que faut-il préparer pour se mettre à son propre compte ? Quelles sont les questions à se poser pré-création ?

La rédaction d'un business plan/prévisionnel avant de se lancer (même à domicile), indispensable ?

C’est la première question à se poser avant de se mettre à son compte. Pourquoi ? Sachez que l’objectif d’un business plan est de valider sur le papier, pour vous et vos futurs investisseurs, que votre projet est aussi clair que réalisable. Ce document permet de valider votre capacité à atteindre les objectifs fixés. C’est un argument de poids auprès de votre banquier ou de vos fournisseurs.

Dans certains cas, vous aurez besoin de financements pour lancer votre affaire. En effet, acheter un fonds de commerce nécessite souvent un prêt bancaire. De fait, avec des investissements importants, vous n’aurez pas d’autre choix que de réaliser un prévisionnel pour crédibiliser votre projet. Le prévisionnel est aussi connu parfois sous le nom de business plan.

Faut-il réaliser une étude de marché avant de se mettre à votre compte ?

Faire une étude de marché de marché, comme faire un business plan/prévisionnel, n’est pas une étape obligatoire. Cela dit, c’est un indispensable ! Selon le marché que vous visez, vous devez connaître :

  • Votre marché potentiel, son trafic ; 
  • Les habitudes de consommation de vos futurs clients ;
  • La concurrence déjà présente, etc.

Pour toutes ces raisons, vous devez prendre le temps de réaliser une étude marketing, une analyse de marché. L’objectif étant de répondre aux questions suivantes :

  • Comment faire venir les clients chez vous ?
  • Votre produit/prestation répond bien à un besoin ? 
  • Comment vous différencier de la concurrence ?
10 conseils d’experts pour réussir votre lancement, ça vous dit ?

Pour en savoir plus sur les indispensables à mettre en place après la création de votre entreprise.

Où domicilier sa première entreprise ?

Se mettre à son compte à domicile constitue souvent la meilleure solution pour se lancer, surtout si vous travaillez depuis votre propre site internet. En effet, fiscalement parlant, vous pouvez déduire de l’activité de votre entreprise des frais pour l'hébergement de votre siège social.

Autre avantage de domicilier votre entreprise chez vous : vous recevez votre courrier d’entreprise directement à votre résidence principale. Et si vous recherchez un peu de compagnie, il vous est possible d’aller dans un espace de coworking, afin de rencontrer d’autres entrepreneurs.

Dougs réalise votre bilan comptable à partir de 49€/mois.

👉 Je simplifie ma compta dès maintenant

Quel est le meilleur statut pour se mettre à son compte et être freelance ?

Il n’existe pas de statut parfait pour se mettre à son compte. Tout dépend de vos besoins. En France, la protection des salariés est un must-have, à tel point que nous disposons actuellement de la plus longue durée d’indemnités chômage en Europe. C’est un atout majeur pour créer votre propre entreprise.

Pôle emploi propose de vous indemniser pour la même durée et pour le même montant que si vous restiez chômeur. Donc, la situation est simple : vous pouvez vous mettre à votre compte et continuer à toucher tout ou partie de vos allocations chômage. À condition bien sûr de bien choisir votre statut social, fiscal et juridique ! 

👉 Voici un webinar sur le cumul création d’entreprise/chômage

Micro-entreprise : le statut de micro-entrepreneur pour commencer

Première possibilité pour se lancer à son compte : le statut d'auto-entrepreneur. Vous pensez peut-être que la simplicité de la micro-entreprise est nécessairement une bonne chose pour vous lancer. Mais est-ce véritablement le cas ?

C'est un statut juridique avec peu de gestion comptable et juridique. Idem pour la fiscalité : pas de grande difficulté fiscale par rapport aux autres entreprises et sociétés. Ce n’est pas faux, mais pas toujours complètement vrai non plus !

Pour rappel, le micro-entrepreneur doit déclarer son chiffre d’affaires mensuellement ou trimestriellement sur Internet. Ce CA est taxé après abattement fixe, dont le taux varie en fonction du métier choisi. Mais le gros problème réside dans l’impossibilité de déduire les frais réels. Un auto-entrepreneur peut très bien dépenser plus d’argent qu’il n’en gagne et être quand même imposé !

Autre point : dès que vous avez des recettes, le montant de vos indemnités auprès de Pôle emploi est réduit. Finalement, la micro-entreprise peut être un excellent moyen de départ vers une nouvelle vie, ou un excellent moyen de tester une activité à son compte, mais ce statut constitue rarement un support de vie à long terme.

Le choix de l'entreprise individuelle (EI) pour se mettre à son compte

Le savez-vous ? L’entreprise individuelle est une forme simplifiée d’entreprise, dirigée par une seule personne physique, vous ! Commerçant, artisan ou indépendant, si vous créer une entreprise individuelle, cela revient à créer un projet entrepreneurial à votre nom. 

L’entreprise individuelle se distingue de la SASU et de l’EURL par le fait qu’elle ne possède pas de personnalité juridique. Pour faire simple, il n’y a pas de création de personne morale. En tant qu’entrepreneur, vous formez avec votre entreprise la même entité. Toutefois depuis le 15 mai 2022, le patrimoine d’une entreprise individuelle est scindé en 2 : le patrimoine personnel qui est insaisissable par les créanciers professionnels et le patrimoine professionnel qui peut être saisi en cas de défaillance professionnelle. La responsabilité est limitée aux biens utiles à l’activité professionnelle.

Monter une SASU ou une SAS pour travailler à son compte

La SASU et la SAS sont devenues des classiques pour les créateurs d’entreprise. Pourquoi ? Cette forme juridique vous permet de protéger votre patrimoine, et est idéale pour percevoir des aides de Pôle emploi, tout en touchant des dividendes de façon cumulative. C’est également la seule forme juridique qui vous permet de ne pas payer de cotisations sociales, du moment que vous ne vous rémunérez pas. Top pour se mettre à son compte !

Pour monter une SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle), vous êtes dans l’obligation de créer une société, enregistrée au registre des commerces et des sociétés. Pas de panique ! Les prix de création sont bas et permettent une véritable séparation entre votre patrimoine privé et professionnel. Chez Dougs, nous pouvons vous accompagner dans cette démarche.

Être gérant d’EURL ou de SARL pour se mettre à son compte

La SARL, et sa version unipersonnelle EURL, sont des sociétés commerciales qui vous assurent une très bonne protection patrimoniale. En effet, votre patrimoine privé est totalement protégé à l’exception des dettes de charges sociales de la SSI (Sécurité Sociale des Indépendants), ex RSI, qui peuvent être prises en charge par la société mais demeurent des charges personnelles en cas de pépin.

Très longtemps plébiscitée, la SARL est en train de céder le pas à la SAS, plus moderne et surtout non assujettie au RSI. Cependant, il serait incomplet d’aborder la SARL en omettant le coût social moins élevé du RSI. Hormis les 2 premières années où le coût social est généralement plus élevé que dans une SAS et lorsqu’aucune rémunération n’est versée au dirigeant, les charges sociales d’une SARL sont en règle générale presque 2 fois moins chères par rapport à une SAS !

À noter : à la différence de la SASU, il n’existe aucune exonération de cotisations sociales en SARL ! En faisant ce choix, vous devez payer au moins 1600 € la première année, et plus du double sans vous rémunérer et en ayant quand même l’ACRE.

Quelles différences avec l’entreprise individuelle ou la micro-entreprise pour se mettre à son compte ? Vous devez procéder à la création de votre société. Chez Dougs, c’est possible pour 150 € seulement. Il serait dommage de s’en priver, n’est-ce pas ?

Et dans le cas d'une SCI : adaptée pour se mettre à son compte ?

Vous avez décidé de vous lancer à votre compte dans le marché de l'immobilier ? On vous y encourage, d'autant plus qu'investir dans la pierre est toujours une bonne idée. Surtout, si vous recherchez la sécurité et la rentabilité que l’immobilier peut vous procurer ! Peut-être envisagez-vous d’acquérir des biens en vue de préparer votre retraite ou encore votre succession ? La société civile immobilière (SCI) est souvent la forme privilégiée par les investisseurs immobiliers.

Une des grandes forces de la SCI, c'est que vous pouvez choisir entre 2 régimes fiscaux différents :

Enfin, la SCI simplifie la cession de votre bien immobilier car s’agissant dans ce cas d’une simple cession de parts sociales ! Les droits d’enregistrement sur cette opération représentent 5 % du montant de cette cession. Vous n’êtes donc pas obligé de repasser par les services d’un notaire, relativement onéreux.

👉 Et si vous décidez de créer une SCI familiale, on vous explique tout juste ici !

Que faut-il comme document pour créer son entreprise et se mettre à son compte ?

La création de votre entreprise, même pour se mettre à son compte, implique des démarches administratives et des documents à produire (qui peuvent varier selon la structure juridique choisie), à savoir :

  • Les statuts de la société
  • Votre décision de nomination ;
  • Votre déclaration de filiation et de non-condamnation ;
  • Une photocopie de votre pièce d’identité ;
  • La preuve de la parution d’une annonce légale (JAL) ;
  • Un justificatif de jouissance du siège social ;
  • Un Cerfa M0 ;
  • Une déclaration des bénéficiaires effectifs.

Comment faire pour travailler à son propre compte ? Démarches pendant la création

Déclarer votre entreprise auprès du CFE

Première étape afin de valider votre projet et vous mettre à votre compte ? Faire une demande d’immatriculation auprès d’un CFE compétent. Le tout dans les 15 jours qui suivent le début de votre activité. Vous ne savez pas quel CFE choisir ? C’est simple ! Il s’agit de celui du :

…de l'établissement concerné.

Demander des aides à Pôle emploi : ACRE, NACRE, ARCE

Lorsque vous vous mettez à votre compte, vous devez créer une entreprise. La bonne nouvelle ? Vous pouvez vous faire aider par Pôle emploi ! Cet organisme vous propose des coups de pouce financiers, à savoir :

  • L'ACRE (ex ACCRE) est une aide de l’État apportée à tous les créateurs et repreneurs d’entreprise. Ce dispositif permet à certains indépendants de bénéficier d’une exonération temporaire des charges sociales sur les 12 mois de leur activité, profitant ainsi d’un accompagnement financier ; 
  • Le NACRE est une aide au montage du projet sous forme d’un accompagnement sur 3 ans au minimum (et 5 au maximum). Disponible sous conditions cumulatives, ce dispositif vous aide dans l’obtention des financements dont vous avez besoin, et dans le développement de votre entreprise ;
  • L'ARCE est une aide dont vous avez droit si vous êtes déjà bénéficiaire de l'ARE et de l'ACRE. Le montant de l'ARCE est égal à 45 % des droits à l'ARE qu’il reste à vous verser lors de la création de votre entreprise. En cas d'arrêt de son activité, vous retrouvez l’intégralité de vos droits aux allocations-chômage restant.
  • L’ARE, l’aide de retour à l’emploi, est également une solution et peut être maintenue dans le cadre de votre création d’entreprise.

👉 Et pour les entrepreneures? Lisez notre article "Les aides à la création d'entreprise pour les femmes"

👉 Vous êtes en situation de handicap ? Voici les aides à la création d'entreprise auxquelles vous avez droit !

Ouvrir un compte bancaire professionnel

Toute entreprise gère obligatoirement des flux de trésorerie. Pour cela, il est impératif d'ouvrir un compte auprès d'une banque. L'ouverture d'un compte bancaire professionnel fait partie des formalités de la création d'entreprise notamment dans le cas de la création de SAS, SASU, SARL ou EURL.

L’ouverture d’un compte bancaire permet, entre autres, de faire le distingo entre vos dépenses personnelles et celles de votre entreprise ou société. Selon la forme juridique choisie, il est possible de plus ou moins confondre ces dépenses, afin de les faire passer sur vos notes de frais par exemple.

Bref, l’ouverture d’un compte bancaire d’entreprise est une étape indispensable lors de la création de votre structure. Vous ne pouvez pas faire l’impasse dessus !

👉 Vous souhaitez bien choisir votre banque pour sa création d’entreprise ?

Opter pour une assurance adaptée à votre activité

De nombreuses assurances existent afin de couvrir tout risque possible dans le cadre de votre activité professionnelle. Selon votre secteur d’activité, certaines sont mêmes obligatoires, imposées par les textes de loi. Et il en est de même si vous souhaitez vous mettre à votre compte !

Voici une liste non-exhaustive des assurances obligatoires ou indispensables à votre activité professionnelle : 

  • L’assurance responsabilité civile professionnelle (RC) est une assurance obligatoire pour tous les professionnels de santé. En effet, elle vous couvre si vous êtes condamné à des dommages et intérêts, dans le cadre d’une erreur de manipulation par exemple ;
  • L’assurance multirisque professionnelle couvre la quasi-totalité des dommages causés à une entreprise (vol, incendie, dégâts des eaux, etc.). Toutes les entreprises doivent y souscrire afin d’être légalement protégées. Le prix dépend en fonction de votre secteur d’activité ;
  • L’assurance volontaire individuelle AT/MP qui vous couvre contre les accident du travail, mais également contre les accidents de trajet et la maladie professionnelle ;
  • L’assurance contre les accidents du travail, indispensable si vous salariez une ou plusieurs personnes. Elle n’est pas obligatoire si vous choisissez la voix de l’activité indépendante. Cependant, nous vous la conseillons vivement ;
  • Si vous décidez par la suite d’embaucher, l’assurance professionnelle automobile. C’est une assurance obligatoire pour toute entreprise mettant à disposition des véhicules de plus de 5 ans à ses salariés ;
  • L’assurance perte d’exploitation, l’assurance de bien, etc.

À ce sujet, Dougs propose des solutions d’assurances adaptées à votre situation !

Quels sont les avantages et les inconvénients de se mettre à son compte ?

Les avantages principaux à se mettre à son compte :

Pour ce qui est des inconvénients liés à cette pratique :

  • Un investissement financier important au lancement ;
  • Beaucoup de démarches administratives obligatoires ;
  • Un prérequis de connaissances et de compétences important ;
  • Possiblement, une sensation de solitude au quotidien ;
  • Aucune sécurité de l'emploi en cas d’inactivité économique.

Comment gérer sa fiscalité lorsque l'on souhaite se mettre à son compte ?

Votre fiscalité dépend de votre statut. En tant que micro-entrepreneur, vous êtes soumis au régime micro-fiscal et au régime micro-social. Le régime micro-fiscal concerne votre imposition et le régime micro-social concerne vos cotisations et contributions sociales.

Sur le plan fiscal, vous avez le choix entre le régime classique (régime micro-fiscal) et le régime optionnel de versement libératoire. L'objectif du régime micro-fiscal est de vous permettre d'alléger vos déclarations fiscales et la comptabilité de votre activité. Idéal pour se mettre à son compte !

👉 Pour tout savoir sur le versement libératoire.

Pour bien gérer sa fiscalité, le choix du régime fiscal est une étape incontournable lors de la création de votre entreprise, puisque lors du dépôt de votre dossier de création d’entreprise (formulaire M0 ou P0), un choix est requis. Celui-ci va déterminer la façon dont vont être imposés les bénéfices de votre entreprise. Mais comment faire pour choisir ?

👉 Quel est le meilleur régime fiscal pour votre activité ? On vous en dit plus par ici !

Ensuite, autre élément important lorsqu’on veut bien gérer sa fiscalité : la TVA ! En effet, il s’agit d’un élément incontournable à une bonne gestion de sa fiscalité, c’est pourquoi vous devez tout comprendre sur la TVA afin de bien gérer sa fiscalité.

Choisissez un expert-comptable qui correspond à vos besoins pour vous accompagner

Se mettre à son compte est un très bon moyen de s'affranchir de nombreuses dimensions, aussi économiques qu'humaines. Mais les démarches pour votre projet entrepreneurial ne sont pas simples du tout. En ce sens, il vaut mieux se faire épauler par un expert en création d'entreprise comme Dougs.

Entre le choix de la forme juridique de votre entreprise, la rédaction des statuts, l'enregistrement et l'immatriculation de votre structure, vous sentez-vous capable de tout bien réaliser. Certes, seul, vous économiserez, mais accompagné, vous ne vous occuperez d'aucune ces démarches administratives juridiques !

Aussi, sachez qu'en France, la création d'une entreprise engendre une obligation de trésorerie, et donc une comptabilité dans l’exercice de votre activité. En la matière, la loi est claire : il n'est pas obligatoire d'être accompagné par un expert-comptable. Néanmoins, nous le conseillons vivement. Pourquoi ? Tout simplement parce que :

  • C'est un gain de temps énorme pour votre activité professionnelle ;
  • Vous évitez toutes les erreurs préjudiciables pour votre entreprise ;
  • C'est une tâche qui demande des compétences bien particulières !

Le choix Dougs : des tarifs très intéressants pour se mettre à son compte

Pourquoi faire le choix de Dougs pour se mettre à son compte ? En plus d'être experts en comptabilité, fiscalité et juridique, nos prix font partis des plus bas sur le marché :

Ces tarifs inclus selon la formule choisie tout ce dont vous avez besoin comme :

Alors, pourquoi hésiter ? Faites-nous confiance !

FAQ pour tout savoir pour se mettre à son compte

Est-il possible de se mettre à son compte sans expérience ? Sans diplôme ?

Oui, il est tout à fait possible de se mettre à son compte, aussi bien sans expérience. Cependant, est-ce vrai conseillé ? Avez-vous étudié les matières en lien avec le domaine désiré ? Avez-vous les connaissances suffisantes pour évoluer dans le secteur d'activité ciblé ?

En ce qui concerne le fait de se mettre à son compte sans diplôme, tout dépend de votre future activité professionnelle. En effet, s'il est possible de se lancer par exemple dans l'e-commerce ou le dropshipping sans formation particulière, il est impossible de devenir coiffeur ou d’ouvrir une entreprise de plomberie sans reconnaissance d'un diplôme délivré par l'État français.

Et quand bien même vous le pouvez, est-ce vraiment raisonnable ?

Comment se mettre à son compte sans argent ?

En théorie, il est tout à fait possible de se mettre à son compte sans argent, selon la forme juridique que vous choisissez pour votre structure. Le capital social d'une entreprise commence parfois à 1 € seulement (micro-entreprise, entreprise individuelle, etc.). Mais ici aussi, ce n'est pas parce que vous le pouvez qu'il est forcément recommandé de le faire !

La raison est simple : sans argent de côté, vous ne pouvez pas subvenir aux premiers achats indispensables pour vous lancer. Il semble bien compliqué de travailler sans vos outils (voiture, ordinateurs et téléphones portables, etc.), ou un local/siège pour votre entreprise.

Combien de temps faut-il pour se mettre à son compte ?

Selon la forme juridique et le régime fiscal dont vous avez besoin, il peut être très rapide de se lancer dans l'aventure entrepreneuriale et se mettre à son compte. Par exemple, le statut d'auto-entrepreneur se met en place quasi directement après inscription et enregistrement sur le portail indépendant de l'URSSAF. Pour une SASU, un SARL ou une SCI, les démarches sont plus longues…

Quels sont les métiers les plus populaires pour se mettre à son compte ?

De nombreux métiers peuvent s'exercer en indépendant. Voici une liste des métiers les plus courants pour se mettre à son compte :

Adrien est expert-comptable chez Dougs. Sa vision “dépoussiérée” de l’expertise comptable est un véritable atout au quotidien pour conseiller ses clients. Très à l'aise à l'oral, il vous partage tous ses secrets pour vous épauler dans vos démarches. Avec Adrien, la comptabilité n'aura plus de secret pour vous !

Monter un projet d’entreprise : le guide complet
Création d’entreprise et chômage : Pôle Emploi vous accompagne
6 étapes pour créer sa société en toute simplicité
Les guides pratiques de l’entrepreneur
Les voir tous  →
Vous aimerez aussi